Carnets de Campagne

Mardi 1er avril, dixième jour de campagne électorale

Ali Fawzi Rebaïne veut s’attaquer au problème du foncier. Depuis Bordj Menaïl, dans la wilaya de Boumerdes, il assure qu’une fois élu, il prendra en charge les impératifs de logement en s’attaquant à « cette mafia du foncier ». Toujours dans ce volet, il regrette l’importation des matériaux de construction alors que l’Algérie a des potentialités. Il s’engage à construire des complexes de production de matériaux de construction.

Depuis Médéa, Ali Benflis annonce qu’il veut modifier les attributions de la Cour des comptes. Il s’agira pour l’institution de demander des comptes à tous les responsables de la vie politique. Il rappelle qu’il compte doter l’Algérie d’une nouvelle Constitution et que même les opposants seront appelés à y participer.

Pour Amar Saâdani, « la candidature de M. Abdelaziz Bouteflika vient consolider la stabilité et parachever les chantiers de développement », argumente-t-il d’El-Bayadh. Il revient sur le bilan du candidat Abdelaziz Bouteflika, notamment sur la Réconciliation nationale  qui a « permis de dissiper la haine et de réconcilier les Algériens entre eux ».

C’est à partir de Relizane que Moussa Touati a plaidé pour la création d’entreprises activant dans des créneaux propres à chaque région. Après un bain de foule, le candidat a parlé de la situation avec les citoyens. Aux multiples plaintes de ces derniers, il a recommandé de voter massivement le 17 avril prochain et de sanctionner le gouvernement actuel.

À Sidi Belabbes, Abdelaziz Belaïd plaide pour une presse libre loin « de toute pression sécuritaire ou administrative ». Il souhaite également créer un conseil national composé d’artistes afin de promouvoir la créativité. « Nous œuvrerons de concert avec les acteurs et les intervenants afin de hisser l’action culturelle au niveau qui permet à tous d’en bénéficier et d’y participer à travers le respect et l’accompagnement des spécificités », soutient le candidat d’El-Moustakbal.

À Tindouf, Louisa Hanoune, candidate du PT, a promis la création d’un secrétariat d’État chargé de la promotion de la langue amazigh par son enseignement dans toutes les universités du pays. Par ailleurs, elle considère qu’il est important de questionner le peuple par référendum pour toutes les questions concernant son avenir.


Pour commenter nos articles, rendez-vous sur notre page Facebook, en cliquant ici