Publicité, subventions et liberté d’expression : les promesses et les avertissements de Bouteflika

61695

Le président Abdelaziz Bouteflika a réaffirmé, ce vendredi 2 mai, garantir la liberté d’expression et de presse. « J’ai veillé et je continuerai à veiller à ce que l’exercice de la liberté d’expression et de presse se fasse loin de toute pression, en dehors de toute tutelle et de toute restriction, si ce n’est celle de la conscience professionnelle, ou celle expressément prévue par la loi », a affirmé Bouteflika dans un message à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse.

Réélu le 17 avril pour un quatrième mandat de cinq ans, M. Bouteflika assure que ses réformes « n’ont pas entamé et n’entameront en rien cette liberté, exception faite des règles de la déontologie et celles ayant trait aux droits de l’Homme, à la sécurité nationale ou aux intérêts supérieurs de la Nation ».

Transparence dans l’octroi des subventions de l’État aux médias

Le Président affirme que « l’État maintiendra les subventions accordées aux professionnels du secteur de l’information », mais promet la mise en place de « mécanismes juridiques permettant l’octroi de ces subventions dans la transparence et l’équité. » Actuellement, les subventions directes et indirectes de l’État aux médias sont octroyées dans l’opacité totale. L’Anep, qui a le monopole sur la publicité publique, distribue la publicité, d’une façon opaque, sans aucun respect des critères économiques. Cette manne publicitaire de l’État est utilisée par le gouvernement comme un moyen de pression sur les journaux.

Dans son message, M. Bouteflika rappelle la promulgation de la loi organique sur l’information, il y a deux années, et celle sur l’audiovisuel au début de cette année et annonce la poursuite du processus de réforme. « Au cours de cette année, se poursuivra, activement, le processus législatif et réglementaire visant le parachèvement du système juridique régissant les activités liées au secteur de la communication, notamment celles relatives à l’organisation de la presse et des métiers y afférents, et aux organes de régulation compétents, ainsi que celles relatives à la publicité et au sondage ».

Le Président réaffirme qu’il « veillera à ce que les professionnels de l’activité et les spécialistes soient associés, dès son initiation, à la démarche législative et réglementaire qu’ils vont accompagner. Ils devront, également, être consultés pour parvenir au plus large consensus ou unanimité possibles. »

L’État veillera à la protection de la liberté d’expression contre les dérives

M. Bouteflika s’engage aussi à mettre en place un plan de formation, qui  sera mis en œuvre sur une base annuelle et englobera, en plus des métiers de la presse, tous les métiers liés à la communication.

Pour le chef de l’État, la multiplication des organes de presse donne de nouvelles responsabilités pour l’État s’agissant de la protection de la liberté d’expression contre toute dérive préjudiciable à travers la calomnie, le dénigrement et la médisance ou dépassement au détriment du citoyen ou des institutions constitutionnelles.

« L’État est déterminé à exercer toutes ses prérogatives en matière de législation et de réglementation afin de réguler l’exercice de la liberté de la presse et de l’encadrer, conformément aux normes et standards universellement admis », avertit Bouteflika.

Le chef de l’État ajoute qu’il est exigé « de tous, et notamment des professionnels du secteur de la communication, le respect de la déontologie, des règles et obligations de la profession telles qu’énoncées dans notre législation nationale, et qui sont similaires à celles pratiquées dans les régimes démocratiques.

Le chef de l’État ajoute qu’ « aucun média, quel que soit son statut juridique, ne peut déroger à cette exigence , l’objectif visé étant de permettre à notre système national de communication d’être au niveau des aspirations de notre société, de servir ses intérêts supérieurs et de répondre à ses besoins qui ne cessent de croître, dans la liberté, la crédibilité et la stabilité, loin de tout tiraillement et sans nuire à qui que ce soit ».

 


Pour commenter nos articles, rendez-vous sur notre page Facebook, en cliquant ici