Affaire de la robe « trop courte » : le recteur de l’université d’Alger défend l’agent de sécurité

17:03  dimanche 10 mai 2015 | Par Massissilia Chafai @Massissiliachaf | Actualité 
Robe trop courte - TSA Algérie

Aucune sanction ne sera prise à l’encontre de l’agent de sécurité qui avait empêché une étudiante d’accéder à la faculté de droit de Saïd Hamdine, à Alger, pour passer son examen de CAPA car elle portait une robe qu’il jugeait « trop courte ». C’est ce qu’a indiqué à TSA, ce dimanche 10 mai, Mohamed Tahar Hadjar, recteur de la faculté d’Alger.

Selon M. Hadjar, l’agent de sécurité a fait son travail. « Son travail consiste à faire respecter le règlement intérieur de la faculté ». Porter une robe est-il interdit au sein de la faculté ? « Non », indique M. Hadjar. Pourquoi l’agent a-t-il donc pris cette décision ? « Le règlement n’oblige personne à porter le hidjab ou tchador. Mais il exige une tenue décente, aussi bien pour les filles que pour les garçons », argumente-t-il. Il n’y a aucune discrimination, selon le recteur. « Il faut comprendre que la faculté est un lieu de culture », ajoute-t-il.

Le recteur explique qu’il a entendu parler de l’affaire en lisant TSA. « La fille portait une mini-jupe, qui était au-dessus des genoux, et non une robe. C’est ce que m’ont affirmé des étudiantes qui étaient sur place », insiste M. Hadjar, qui n’a pas décidé d’ouvrir une enquête. « C’est une affaire banale », a conclu Mohamed Tahar Hadjar.