Révélations sur un terroriste algérien qui devait participer aux attentats de Paris

14:22  mardi 26 avril 2016 | Par Tewfik Abdelbari | Actualité 

Un quatrième commando de terroristes devait participer aux attentats de Paris, au Stade de France, le 13 novembre dernier, selon une information du Washington Post, datant du 22 avril dernier et reprise par la presse française ce mardi. Adel Haddadi, un ressortissant algérien de 29 ans et membre de ce groupuscule qui devait passer à l’action, a avoué le plan macabre, en février dernier après son interpellation dans un camp de réfugié en Autriche, indique la même source.

Arrêté par chance, en tant que « réfugié »

Adel Haddadi, se présentant d’abord comme un demandeur d’asile vers l’Allemagne, finit par faire des révélations sur ses véritables intentions : rallier la France pour participer aux attentats de Paris. À travers les enquêtes des autorités autrichiennes et les aveux du terroriste, le Washington Post a pu retracer le parcours du terroriste et les détails de l’opération.

L’homme se serait envolé d’Alger en direction de la ville turque d’Istanbul, le 15 février 2015. De là, il gagne la Syrie, vers la ville de Raqqa, fief de l’organisation terroriste de « l’État islamique » (Daech), selon les dires de Haddadi, rapportés par le quotidien français Le Monde. Il y apprend à manier et démonter des armes, poursuit la même source.

Il se fait alors passer pour un réfugié pour rejoindre l’Europe, avec 4 de ses acolytes dont deux des kamikazes irakiens du Stade de France. Arrivés sur l’île grecque de Leros, leurs chemins se séparent et l’Algérien est arrêté pour détention d’un faux passeport, le 3 octobre, décrit le quotidien français. C’est la seule raison qui l’a empêché de participer aux tueries de Paris. Un coup de chance, en somme.

Relâché trois mois plus tard, il poursuit son chemin en Europe, jusqu’à sa nouvelle arrestation, à Salzbourg (Autriche). Les autorités locales ont fini par retracer le parcours de ces « terroristes en puissance », selon les termes du Monde. Adel Haddadi passe finalement aux aveux, le 12 février dernier, dans un bureau de la police autrichienne, rapporte la même source.

Tewfik Abdelbari

Journaliste à TSA-Algerie. L'économie en général, les entreprises en particulier