Selon un rapport du Congrès américain

L’Algérie a déboursé près de 18 milliards de dollars en achat d’armes en huit ans

16:52  mercredi 28 décembre 2016 | Par Sarah Smail | Actualité 
©MDN

L’Algérie a été classée 5e pays acquéreur d’armes parmi les « pays en voie de développement » en 2015, selon un rapport publié par le service de recherche du Congrès américain publié le 19 décembre dernier. Le rapport se base sur les données officielles et non-confidentielles relatives aux transferts d’armes (dont missiles, tanks, artillerie, avions de combat) vers les pays en voie de développement depuis les États-Unis, la Russie et les autres pays.

Dans ce rapport, la catégorie « pays en voie de développement » inclut tous les pays à l’exception des États-Unis, de la Russie, des « nations européennes », du Canada, du Japon, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande.

Le Proche Orient a « généralement été le plus grand marché pour les armes » des pays en développement, avec 61,11% des accords entre 2012 et 2015. Dans le rapport, le Proche Orient inclut l’Algérie, Bahreïn, l’Égypte, l’Iran, Israël, la Jordanie, le Koweït, le Liban, la Libye, le Maroc, Oman, le Qatar, l’Arabie saoudite, la Syrie, la Tunisie, les Émirats arabes unis et le Yémen.

La Russie, principal fournisseur de l’Algérie entre 2012 et 2015

Entre 2012 et 2015, l’Algérie a principalement conclu ses accords avec la Russie (9 milliards de dollars) et les quatre pays européens majeurs : France, Royaume-Uni, Allemagne et Italie. Les accords avec ces derniers ont atteint 4 milliards de dollars. Avec la Chine, les accords ont atteint 600 millions de dollars. Au total, les accords ont atteint 13,8 milliards de dollars durant cette période, selon le rapport qui souligne qu’il n’y a eu aucun accord relatif à des achats d’armes entre l’Algérie et les États-Unis sur cette période.

Entre 2008 et 2011, le total atteignait 4 milliards de dollars, dont 2,7 milliards avec la Russie, 0,8 avec les quatre principaux fournisseurs européens et 0,3 avec la Chine. Aucun accord n’a été conclu avec les États-Unis.

Au Maroc, les États-Unis sont le premier fournisseur

Pour le Maroc, c’est avec les États-Unis que le plus d’accords ont été conclus : 2,6 milliards de dollars sur un total de 5 milliards entre 2008 et 2011. Entre 2012 et 2015, le chiffre était de seulement 1,2 milliard au total, entièrement depuis les États-Unis.

Le pays n’a pas conclu d’accord d’importation d’armes avec la Russie entre 2011 et 2015, mais a reçu pour 100 millions de dollars d’armement de la part du pays entre 2012 et 2015. Le Maroc a conclu pour 1 milliard de dollars d’accords avec les quatre pays européens majeurs entre 2008 et 2011, mais aucun sur la période suivante.

Le Qatar, l’Égypte, l’Arabie saoudite

Entre 2012 et 2015, ce sont les États-Unis et la Russie qui ont été les principaux fournisseurs des pays en voie de développement. Les accords avec les États-Unis ont représenté 33,38% du total, pour une valeur de 86 milliards de dollars. Les accords avec la Russie ont représenté 18,94% du total, pour une valeur de 48,6 milliards de dollars.

En 2015, c’est avec les États-Unis que les accords ont été les plus nombreux, avec 41% du total des accords pour une valeur de 26,7 milliards de dollars. La France a occupé la deuxième position avec 23,30% de ces accords, pour une valeur de 15,2 milliards de dollars.

Du côté des acheteurs, le Qatar est en tête, avec des accords atteignant 17,5 milliards de dollars d’achats. L’Égypte est deuxième, avec 11,9 milliards de dollars et l’Arabie saoudite est troisième avec 8,6 milliards de dollars.