Hausse des prix : l’association des commerçants appelle producteurs et importateurs à plus de transparence

19:04  mardi 10 janvier 2017 | Par Hadjer Guenanfa | Actualité 

Les augmentations des prix des produits alimentaires, entamées à la fin de l’année 2016, se poursuivent en ce début 2017. Certaines mesures de la Loi de finances 2017 peuvent expliquer une partie des augmentations mais pas toutes les hausses anarchiques enregistrées sur le marché. « Ce ne sont pas les commerçants de gros ou de détail qui décident de ces augmentations. Ce sont les producteurs et importateurs », affirme Hadj Tahar Boulenouar, président de l’Association nationale des commerçants et artisans (ANCA).

    | LIRE AUSSIÀ Alger, l’année commence avec une hausse des prix de plusieurs produits

À partir du 1er février prochain, son organisation lancera une campagne pour sensibiliser les commerçants et les pousser à inciter les producteurs et les importateurs à annoncer eux-mêmes même les changements des prix de leurs produits. « C’est-à-dire imposer une certaine transparence en matière d’augmentation des prix. Je peux vous assurer par exemple que l’augmentation du prix des différentes marques de cafés (nationales) a été décidée par les producteurs (et non par les commerçants) », affirme M. Boulenouar.

L’association appellera également les pouvoirs publics à régler un certain nombre de problèmes qui sont à l’origine de ces hausses anarchiques. « Il s’agit en premier lieu du monopole qu’ont des producteurs et des importateurs sur certains produits. Ensuite, vous avez le réseau de distribution et de stockage qui est mal organisé. Autre problème, le manque de marchés de proximité. C’est ce qui explique qu’il y ait des augmentations chaque année et pas seulement en 2017 », détaille notre interlocuteur qui estime que la Loi de finances 2017 n’a pas eu un grand impact sur les prix.

    | LIRE AUSSIINFOGRAPHIE. Loi de finances : ce qui va changer en 2017