Produits alimentaires : comment les commerçants ont répercuté la hausse de la TVA

16:26  mardi 10 janvier 2017 | Par Mallak Ayache | Actualité 
©NEWPRESS

L’année 2017 commence par une hausse générale des produits alimentaires. Les commerçants n’ont pas attendu longtemps pour répercuter la hausse de la TVA à 19% dans la Loi de finances 2017 pour augmenter les prix des produits achetés pour la plupart en 2016. Et pourtant la hausse de la TVA, qui est passée de 17% à 19%, devait avoir un impact minime sur les prix. Mais dans les commerces, les hausses sont parfois très importantes. Enquête.

    | LIRE AUSSIÀ Alger, l’année commence avec une hausse des prix de plusieurs produits

Une augmentation injustifiée

Par exemple, le pack d’eau minérale de six bouteilles de 1,5 litre chacune coûtait 150 DA en 2016. En 2017, avec la hausse de la TVA, son prix devait atteindre mathématiquement 152,5 DA, soit une hausse de 2,5 DA. Mais dans les épiceries d’Alger centre, son prix a fortement augmenté de 20 DA pour atteindre 170 DA.

Autre exemple, le lait en boîte dont le litre passe de 75 à 90 DA, soit une hausse de 15 DA au lieu de 1,28 DA. Même constat pour le café dont le paquet a gagné d’un coup 15 DA. Ainsi, un paquet de café de la marque Famico coûte aujourd’hui 190 DA contre 175 DA en 2016. Celui de la marque Bonal a également augmenté de 15 DA pour s’établir à 175 DA. Toujours pour le café, le paquet de la marque Many coûte désormais 185 DA au lieu de 160 DA, avant la hausse de la TVA.

Les pâtes alimentaires n’ont pas été épargnées par la hausse des prix. Leurs prix ont augmenté de 10 à 15 DA le paquet, selon les marques. La hausse généralisée des prix touche également les légumes secs. Ainsi, 500 grammes de lentilles coûtent actuellement 150 DA au lieu de 140 DA en 2016. Pour les haricots, il faut désormais débourser 300 DA pour acheter 500 G contre 270 DA en 2016. Les pois chiches affichés à 370 DA le kilo contre 350 DA en 2016.

Et enfin, les jus et boissons gazeuses connaissent une hausse de 10 à 20 DA.

Les commerçants pointent du doigt les grossistes

Interrogés, des commerçants accusent des grossistes d’avoir augmenté anarchiquement les prix. « Nous achetons nos produits plus cher », explique un commerçant à Alger centre.