Décision de la Cour européenne sur le Sahara occidental : le Maroc perd le soutien de l’Espagne

20:38  lundi 20 mars 2017 | Par Ahlem R.M et Riyad Hamadi | Actualité 

L’Espagne, considérée, avec la France, comme l’un des principaux soutiens du Maroc, est-elle en train de revoir sa position ? Une chose est sûre : c’est un soutien de taille que vient de perdre le Maroc dans son bras de fer avec la justice européenne au sujet du Sahara occidental. Selon le journal espagnol El Confidencial, le gouvernement espagnol a décidé de se conformer à la sentence de Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) selon laquelle le Sahara occidental ne fait pas partie du territoire marocain et de ce fait les accords conclus entre le Maroc et l’UE ne sont pas applicables à ce territoire occupé.

« L’Espagne joue-t-elle avec le feu ? »

En réponse à une question écrite du parti d’extrême-gauche Podemos, le gouvernement espagnol a affirmé que les accords ne sont applicables aux produits en provenance du Sahara occidental. C’est assurément la première déclaration publique de Madrid sur « la non-applicabilité des accords commerciaux Maroc-UE aux produits émanant du territoire du Sahara occidental », souligne le site marocain Le Desk.

La position de Madrid suit celle des États d’Europe du Nord, mais aussi l’avis de Miguel Arias Cañete, ajoute Le Desk. En réponse à des députés Verts, le Commissaire européen chargé de l’action pour le climat et l’énergie avait indiqué début février que la déclaration conjointe relative à une coopération future dans le domaine de l’énergie renouvelable entre le Maroc et l’UE tiendra compte de l’arrêt de la Cour de justice du 21 décembre 2016.

Ces révélations n’ont pas encore suscité de réaction officielle à Rabat. Rabat n’a pour sa part pas souhaité faire de commentaire sur le sujet, souligne Le Desk. Une source autorisée du ministère des Affaires étrangères a déclaré au Desk « qu’il n’y a pas de communiqué officiel à faire suivre sur cette question ».

Mais sur les réseaux sociaux les critiques et les menaces fusent. Des médias ont commencé à émettre des critiques. « Accord agricole Maroc – UE : l’Espagne joue-t-elle avec le feu ? », s’interroge le site Le Quid.

Soutien à l’autodétermination

Cette position de Madrid intervient quelques jours après les déclarations à Alger du ministre espagnol des Affaires étrangères en faveur de l’autodétermination du peuple sahraoui. « Le gouvernement [espagnol, NDLR] soutient les efforts du Secrétaire général de l’ONU d’assister les parties à parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui pourvoie à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le cadre d’arrangements conformes aux buts et principes énoncés dans la Charte de l’ONU et en conformité avec les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité », a affirmé Alfonso Dastis dans un entretien à l’agence officielle APS.

Alfonso Dastis a également appuyé la force des Nations unies (Minurso) présente au Sahara occidental, tout en réaffirmant son appui à l’institution onusienne : « Tant comme membre du Groupe d’amis pour le Sahara occidental que du Conseil de sécurité, nous avons défendu la centralité des Nations unies et l’importance primordiale de la Minurso ».