search-form-close
Bouteflika – Gaid Salah – Ouyahia : chacun y va de son « ambiguïté »

Bouteflika – Gaid Salah – Ouyahia : chacun y va de son « ambiguïté »

Officiellement, Ahmed Ouyahia n’est plus au pouvoir depuis le 11 mars. Une semaine après sa démission du gouvernement, l’ancien Premier ministre sort de son silence pour demander au même pourvoir qu’il vient de quitter de répondre aux revendications des manifestants qui, depuis près d’un mois, réclament de départ du président, du gouvernement, des ministres et de tout le système.

« Il faut répondre dans les meilleurs délais » aux revendications exprimées pacifiquement par les Algériens lors des manifestations populaires contre le système, écrit le secrétaire général du RND à l’adresse des militants de son parti.

Que doit-on comprendre ? Dans un pays au fonctionnement normal et où les politiques s’assument, on aurait déduit que l’ancien Premier ministre allait satisfaire toutes les demandes de la rue, lui offrir la démocratie sur un plateau et que des forces opposées au changement l’ont subitement mis à la porte pour maintenir le statu quo. Ouyahia le révolutionnaire, il ne manquait plus que ça.

Non, Ahmed Ouyahia a défendu le président Bouteflika et ses choix, le pouvoir et ses orientations, jusqu’au bout et il aurait sans doute continué à le faire avec le même acharnement s’il n’avait pas été sacrifié à cause de son impopularité qu’il doit justement à son zèle excessif – il est le seul homme politique à avoir menacé les manifestants.

Le chef du RND chercherait-il donc de prendre le train de la contestation en marche, comme l’ont fait de nombreux militants et cadres de son parti et des autres formations de l’Alliance présidentielle ? Sans doute qu’il ne s’agit pas de cela non plus. À la différence de militants anonymes ou de responsables de seconde zone du FLN ou du RND, le désormais ancien Premier ministre sait qu’il s’est trop exposé, qu’il a brûlé tous ses vaisseaux pour espérer caresser encore le rêve d’un avenir politique dans le cadre d’une transition démocratique.

Le SG du RND est peut-être sorti de son silence pour tenter de vendre une « solution » concoctée en haut lieu et qui n’est pas forcément la feuille de route proposée aux Algériens par le président le jour même où il a mis fin à ses fonctions à la tête de l’Exécutif. Rien ne permet de l’affirmer avec certitude, mais sa demande de « répondre aux revendications » de la rue ne peut avoir deux significations : elle ressemble à un appel au président Bouteflika de partir, par quelque formule que ce soit, car la revendication première du peuple est le départ du président.

Bien entendu, dans le pur style d’Ouyahia, l’ambiguïté est entretenue lorsque le texte explique qu’il faut que « tout le monde accepte des concessions » afin de convaincre les citoyens de la « crédibilité du processus de transition démocratique » proposé par le président de la République.

À qui s’adresse Gaid Salah ?

Dans l’après-midi, c’est le chef d’état-major de l’ANP qui s’est encore exprimé sur la situation. Ahmed Gaïd Salah a réitéré à partir de Béchar son admiration pour le pacifisme et la conscience des manifestants « ayant suscité une vive admiration partout dans le monde » et estimé qu’une solution « voire des solutions », existent.

Il ne propose rien, cela n’étant pas de son ressort, mais estime « qu’un sens aiguisé de responsabilité est requis pour apporter ces solutions au moment propice (dans les plus brefs délais dans la version en arabe du discours mais qu’on ne retrouve pas dans le texte en français, ndlr).

Il y a comme une ambiguïté dans le texte et il serait aléatoire de dire si le chef de l’armée préconise « un sens de responsabilité » à la rue qui doit donc émettre des revendications plus « raisonnables » que la demande du départ de tout le système ou si, au contraire, il le fait à l’adresse du président qui doit comprendre qu’il est temps de partir pour éviter de compliquer la crise.

En tout cas, et c’est une première, Gaïd Salah n’a pas fait référence dans son discours aux « directives éclairées de son excellence le président de la République, ministre de la Défense nationale, chef suprême des forces armées », un passage quasi obligé dans toutes ses interventions publiques ces derniers mois. Ahmed Gaid Salah devrait s’exprimer une nouvelle fois demain mardi 19 mars. Son discours serait peut-être un peu moins ambigu.

Bouteflika tient à sa conférence

Quel que soit le sens qu’il faut donner aux sorties d’Ouyahia et de Gaid Salah, le principal concerné, Abdelaziz Bouteflika, n’a pas tardé à réitérer sa position. En fin de journée, une lettre du chef de l’État, une autre, est balancée via l’agence officielle. C’est un message à l’occasion de la fête de la Victoire qui ne devait être rendu public que demain, 19 mars, mais qui a été inhabituellement diffusé la veille. S’agit-il d’une réponse à des parties qui le presseraient de jeter l’éponge ? Ça y ressemble énormément en tout cas.

Pour Bouteflika, il n’y a pas de solution en dehors de la « conférence nationale inclusive de consensus avec la participation des différentes composantes de la société algérienne » et une révision « profonde » de la Constitution par le biais d’un référendum, qui enclenchera un nouveau processus électoral qui débutera par l’élection d’un nouveau président de la République. En un mot, sa feuille de route du 11 mars tient toujours, y compris son maintien au pouvoir au-delà du 28 avril, date de l’expiration de son mandat actuel.

C’est aussi une réponse aux millions de citoyens qui l’ont rejetée massivement vendredi 15 mars. À toutes fins utiles, il y va lui aussi de sa petite ambiguïté : « Tel est l’objectif suprême que je me suis engagé à concrétiser avant la fin de mon parcours présidentiel, à vos côtés et à votre service, pour que l’Algérie vive, dans un avenir proche, une transition harmonieuse et assiste à la remise de ses rênes à une nouvelle génération afin de poursuivre notre marche nationale vers davantage de progrès et de bien-être à la faveur de la souveraineté et de la liberté ».

Bouteflika ne fixe aucun délai précis pour le début et la fin de son processus de transition. De même qu’il ne fixe aucune date pour son départ du pouvoir.

Une seule certitude : il confirme son intention de rester au-delà du 28 avril même si aucun texte ne prévoit une telle situation.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close