search-form-close
Derrière les coulisses d’un remaniement ministériel

Derrière les coulisses d’un remaniement ministériel

Des informations circulent ces derniers jours sur l’éventualité d’un remaniement imminent du gouvernement. Une liste complète avec de nombreux noms de nouveaux ministres ou d’anciens ministres ayant changé de portefeuille a été publiée sur plusieurs pages facebook. L’information non source et à la crédibilité douteuse a toutefois eu droit à un certain écho, allant jusqu’à être rapportée par la chaîne de télévision Beur TV.

Compte tenu de la confusion régnante sur la question, TSA a contacté plusieurs hauts responsables de l’État, actuels ou anciens, afin de lever le voile autour du déroulement classique d’un processus de remaniement ministériel.

Lorsque la Présidence prend la décision de procéder à un remaniement, la première personne à être contactée est naturellement le Premier ministre. Qu’il soit déjà en poste ou non, la procédure est la même : il est contacté en général 48 heures avant l’annonce, où il lui est demandé d’établir une liste des différentes personnes qu’il souhaite voir occuper des postes de ministre. Il lui est également demandé de faire preuve de grande discrétion quant à sa nomination imminente.

Toutefois, la flexibilité du futur Premier ministre est dès le départ limitée et entravée par les prérogatives que se donne la Présidence. En effet, le Premier ministre n’a de manière quasi-systématique pas son mot à dire dans la nomination des ministères les plus importants. La Présidence aura déjà décidé de la nomination du vice-ministre de la Défense, des ministres des Affaires étrangères, de l’Intérieur, de la Justice, de l’Énergie, des Finances et parfois même du ministre de l’Industrie.

Le Premier ministre pourra toujours essayer de proposer un nom pour des ministères relativement importants comme les Finances ou l’Industrie, mais en général le choix aura déjà été fait auparavant. Quant aux grands ministères dits de souveraineté, l’influence du Premier ministre est dans la pratique inexistante.

Lorsque la liste des ministres du gouvernement est établie et validée par la Présidence, le Premier ministre a ensuite pour mission de contacter les différents ministres concernés par un départ ou par une arrivée, en général dans les deux heures précédant l’annonce officiel du remaniement via un communiqué de la présidence.

Certains ministres sortants, notamment ceux plus ou moins proches du Premier ministre lorsque ce dernier reste en fonction, recevront un appel leur indiquant qu’ils ne font plus partie du gouvernement. Cependant, des ministres sortants ne recevront pas la courtoisie d’un appel, et apprendront leur limogeage en même temps que le reste des citoyens algériens.

L’inverse sera beaucoup moins fréquent pour les nouveaux ministres intégrant le gouvernement. La coutume veut que chacun d’entre eux reçoive un appel du Premier ministre le félicitant pour sa nomination et lui demandant de prendre ses dispositions afin d’effectuer la transition avec le ministre sortant.

Dans quelques rares cas, il arrive quand même que le nouveau ministre apprenne sa nomination par le biais du communiqué officiel de la Présidence, par oubli ou autre. Quant aux ministres ayant été maintenus à leur poste, ils ne reçoivent en général aucun appel et seront souvent dans le flou vis-à-vis de leur situation jusqu’à l’annonce officielle.

Une fois la transition effectuée, les ministres pourront par la suite prendre officiellement leurs fonctions et « travailler » en attendant l’inévitable prochain remaniement.

close