search-form-close

Islam, immigration : le questionnaire indélicat du parti d’Emmanuel Macron

La République En Marche (LREM), mouvement politique du président français Emmanuel Macron, a envoyé à 30 000 de ses militants un questionnaire comportant des questions plus que douteuses, portant notamment sur l’immigration.

Le questionnaire diffusé vendredi 8 juin auquel les sondés peuvent répondre par des réponses variables allant de « tout à fait en désaccord » à « tout à fait d’accord », en passant par l’option « ne se prononce pas », aborde plusieurs sujets dont le degré d’engagement politique des sondés, les questions socio-économiques mais surtout des questions sur l’immigration et les étrangers en France, selon la presse française.

« Il y a trop d’immigrés en France », « On ne se sent pas chez soi comme avant », « L’islam est une menace pour la France » ou encore, « Les enfants d’immigrés nés en France sont des Français comme les autres » sont parmi les questions du sondage qui ont le plus scandalisé.

Le formulaire a suscité de vives réactions auprès de nombreux Français qui ont accusé La République en Marche d’avoir des intentions « racistes ».

Le sénateur socialiste du Val-d’Oise Rachid Temal a qualifié la LREM de « parti sans colonne vertébrale idéologique qui renonce aux valeurs républicaines et qui interroge ses adhérents avec un questionnaire digne de l’extrême droite ».

L’enquête menée par LREM alors qu’un débat houleux a lieu en France autour du projet de loi « Asile et immigration » proposé par le gouvernement et rejeté par l’opposition a également suscité la réaction courroucée de Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice : « en marche vers les thèses de l’extrême droite mais certainement pas LA RÉPUBLIQUE En marche ».

Outre leur formulation crue, les questions qu’a posées LREM à ses adhérents peuvent orienter les réponses des sondés par leur formulation directe et affirmative.

Les explications de Terra Nova

L’enquête a été menée par le think tank Terra Nova, proche du mouvement LREM. L’organisme a repris à son compte la responsabilité du formulaire en affirmant, dans une réponse publiée sur son site, qu’« une convention de recherche a été établie en ce sens entre le think tank et le mouvement. Elle stipule l’autonomie scientifique du think tank dans la conduite de cette enquête. La réalisation du questionnaire est en conséquence de la responsabilité de Terra Nova ».

Pour Terra Nova, « les questions portant sur les valeurs et attitudes culturelles des enquêtés, dont certaines ont pu surprendre un public peu averti, sont en réalité très classiques dans ce genre d’exercices et ont été déjà posées dans de nombreuses autres enquêtes du même type ».

L’objectif d’une telle formulation étant, selon le think tank, de garder « la stabilité de la formulation », ce qui permet « de faire des comparaisons d’une enquête à l’autre, ce qui est très précieux ».

close