search-form-close
La région du Golfe sous haute tension

La région du Golfe sous haute tension

La tension dans les pays du Golfe ne baisse pas depuis l’attaque aux contours encore flous, dimanche 12 mai, contre des navires commerciaux non loin du port de Fujairah aux Emirats arabes unis.

Le président américain Donald Trump est passé au stade de la menace directe contre l’Iran en envoyant les bombardiers stratégique B52, un porte-avion et une batterie de missiles dans la région. Le 22 avril, Washington avait supprimé le régime d’exemptions qui permettait à des pays comme la Chine de poursuivre l’achat du pétrole iranien malgré les sanctions économiques imposées par les Etats-Unis. Trump, rêve d’étrangler l’Iran sur le plan économique et énergétique après s’être retiré d’une manière unilatérale de l’accord de juillet 2015 sur le contrôle du programme atomique iranien.

Ce mercredi, Washington a rappelé son personnel diplomatique « non essentiel » en Irak en invoquant « une menace » qui viendrait de l’Iran, sans autres détails. Mais des médias israéliens ont rapporté que Tel Aviv a informé Washington de l’éventuel déploiement de « missiles balistiques iraniens » dans le sud de l’Irak pour « viser l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis ».

Plan pour envoyer 120.000 soldats américains au Moyen-Orient

Les israéliens pensent que « les missiles » devraient être installés dans la région de Bassorah. Dans cr contextes, le Pentagone envisage, selon le New York Times, l’envoie de 120.000 hommes au Moyen-Orient ce qui contredit toutes les théories sur « le retrait militaire » des Etats Unis de cette région. « 120.000 soldats, cela approcherait la taille de l’armée américaine qui a envahi l’Irak en 2003 », écrit le journal.

Le Koweit, par la voix de son président du Parlement Marzouk Al Ghanem, a exprimé sa crainte de voir la région sombrer une nouvelle fois dans la guerre. « La situation est très dangereuse et il faut se préparer à toutes les éventualités. La probabilité d’une nouvelle guerre est très forte », a-t-il averti, cité par l’agence Kuna.

Sur le terrain, on assiste à une escalade inquiétante. Mardi 14 mai, sept drones armés contrôlés par les Houthis du Yémen ont attaqué des installations pétrolières saoudiennes. Curieusement, la couverture Radar de l’Arabie Saoudite n’a pas détecté l’entrée dans l’espace aérien du Royaume d’objets volants suspects.

« L’Iran est prêt sur le plan militaire »

A Moscou, Mike Pompeo, secrétaire d’Etat américain, a, du bout des lèvres, déclaré que son pays ne « cherche pas la guerre avec l’Iran », alors que sur le terrain les opérations menées plaident pour le contraire. Double langage? La Russie a ouvertement accusé les Etats-Unis de vouloir « provoquer « l’Iran.

« L’Iran sortira la tête haute du bras de fer actuel. L’Iran est prêt au plus haut point sur le plan militaire à faire face à tout type de menaces », a annoncé, de son côté, le ministre de la défense iranien, Amir Hatami, cité par l’agence IRNA. Mohammad Javad Zarif, chef de la diplomatie iranien, a, pour sa part, jugé inacceptable l’escalade de tension provoquée par Washington contre l’Iran. « Nous agissons avec le maximum de retenue », a-t-il déclaré, cité par Reuters.

Pour les experts, Washington cherche « l’encerclement » de l’Iran avec l’aide de l’Arabie Saoudite et d’Israël. Selon le site français Mediapart, John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, néoconservateur à sa manière, veut « convaincre » le président américain de « l’importance » d’une offensive militaire contre l’Iran. Il suggère même de « bombarder » les installations nucléaires iraniennes.

L’éditorialiste Max Boot a rappelé dans le Washington Post que John Bolton a falsifié par le passé des informations des services secrets pour justifier des attaques contre Cuba et contre l’Irak. « La façon de mettre en avant la menace iranienne rappelle les épisodes ayant précédé la guerre en Irak », écrit-il. Washington a justifié l’envahissement de l’Irak, en 2003, par l’existence « d’armes de destruction massives » que Saddam Hussein entendait utiliser. Ces armes n’ont jamais existé.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close