search-form-close
Le SG de l’ONU à la clôture du Forum de Doha : « La marque la plus vendue dans le monde s’appelle la peur »

Le SG de l’ONU à la clôture du Forum de Doha : « La marque la plus vendue dans le monde s’appelle la peur »

Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, a clôturé, dimanche 16 décembre au soir, le 18e Doha Forum en évoquant les menaces et les risques sur la paix dans le monde.

« La marque la plus vendue dans le monde aujourd’hui s’appelle la peur. Elle prend de la cote. Elle gagne des votes. Elle génère des clics. Les gens s’interrogent à juste titre sur un monde où une poignée de personnes-principalement des hommes-possèdent la même quantité de richesse que la moitie de l’Humanité », a-t-il déclaré.

M. Gueterres a appelé à une mondialisation plus équitable en défendant le programme 2030 des Nations Unies sur le développement durable. Selon lui, le système multilatéral est sérieusement menacé (par les déclarations et les décisions du président américain notamment) au moment où le monde en a le plus besoin.

« Il est essentiel que les États œuvrent à la création d’une architecture multipolaire afin d’établir des facteurs d’équilibre diminuant les risques de confrontation, tout en rétablissant un système de gouvernance multilatérale et un ordre fondé sur des règles, l’État de droit et le respect des droits de l’Homme », a-t-il préconisé.

La planète a besoin, selon lui, d’un système international devant répondre « aux problèmes mondiaux par des solutions mondiales ». Il a estimé que « la prévention des conflits » et le maintien de la paix passent par le renforcement de la diplomatie. Le Doha Forum est, pour lui, une bonne plateforme mondiale pour le dialogue.

Déficit de confiance

« Le dialogue est peut-être la ressource la plus précieuse – et de plus en plus rare- de notre monde aujourd’hui (…) Nous sommes confrontés à d’énormes défis qui ne peuvent être résolus par aucun pays  », a-t-il averti.

Le SG de l’ONU a cité notamment les problèmes liés aux flux migratoires, aux changements climatiques, aux réfugiés, aux impacts des nouvelles technologies et aux « conflits interconnectés en lien avec le terrorisme et la criminalité ».

Antonio Guterres a parlé d’un énorme déficit de confiance au niveau mondial alimenté par les courants populistes, accusés notamment de répandre de l’intox. « Le monde est plus connecté, mais les sociétés sont de plus en plus fragmentées. Les défis se développent, alors que beaucoup de gens se tournent vers l’intérieur (crispation, développement de l’extrême droite notamment) », a-t-il analysé.

Cette situation est marquée aussi par l’augmentation de la dette, la stagnation économique et les différends commerciaux. L’actuelle guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine a été longuement débattue lors du Doha Forum par les experts et les politiques qui ont exprimé des craintes sur les répercussions sur les relations internationales, y compris à court terme.

500 millions de dollars pour les agences de l’ONU

Par ailleurs, le SG de l’ONU a assisté, en compagnie du ministre des Affaires étrangères du Qatar Mohammad Ben Abderrahmane Al Thani, à une cérémonie de signature de plusieurs accords relatifs au financement des agences de l’ONU.

Doha s’est engagé a débloquer la somme de 500 millions de dollars à plusieurs agences de l’ONU comme le HCR (Haut commissariat aux réfugiés), l’OCHA (Bureau de la coordination des affaires humanitaires), l’UNICEF, le PNUD et l’OIM (Organisation internationale des migrations). Des agences qui vont ouvrir pour la première fois des bureaux dans la capitale qatarie. L’UNRWA, l’office onusien qui s’occupe des 5,4 millions réfugiés palestiniens, recevra une aide supplémentaire qatarie de 8 millions de dollars.

En septembre dernier, les États-Unis ont décidé de supprimer la contribution financière à l’UNRWA, compliquant davantage sa mission pour le soutien des programmes d’éducation et de santé. L’UNRWA a lancé, en janvier dernier, un appel pour récolter 500 millions de dollars pour compenser le retrait du soutien financier américain. Le Qatar a annoncé également la consécration d’une enveloppe annuelle de 15 millions de dollars pour appuyer les victimes du terrorisme dans le monde.

close