search-form-close
L’épidémie du coronavirus aurait commencé en aout 2019 en Chine

L’épidémie du coronavirus aurait commencé en aout 2019 en Chine

La pandémie du coronavirus Covid-19 aurait débuté en Chine en aout 2019, plusieurs mois avant que les autorités du pays aient détecté le virus et notifié l’OMS de son existence, révèle une étude de la faculté de médecine américaine Harvard Medical School, citée par le média américain CNBC.

L’étude se base sur des images satellites ayant permis d’analyser le trafic automobile dans les parkings des six hôpitaux de Wuhan, ville à l’origine de la pandémie de la Covid-19, afin de calculer le nombre de véhicules et les taux d’occupation des hôpitaux, les comparant avec les tendances observées lors d’autres épidémies de grippes classiques.

Elle se base également sur les données du moteur de recherche chinois Baidu pour déterminer les variations dans la recherche des termes « toux » et « diarrhée », deux des principaux symptômes de la maladie, entre les mois d’avril 2017 et mai 2020.

Le travail des chercheurs a permis de déterminer que le taux d’occupation des hôpitaux de Wuhan a connu une hausse significative à partir d’aout 2019, avec un pic atteint en décembre de la même année.

Cinq des six hôpitaux ont notamment montré leurs plus haut taux d’occupations entre septembre et octobre 2019, période ayant coïncidé avec des niveaux élevés de recherches des termes « diarrhée » et « toux » sur Baidu. Le volume des recherches de ces deux termes a d’ailleurs connu une hausse spectaculaire trois semaines avant le pic de cas de contamination confirmés au coronavirus en début 2020, précise l’étude.

« L’augmentation du trafic hospitalier et des données de recherche de symptômes à Wuhan a précédé le début documenté de la pandémie en décembre 2019 », affirment les auteurs de l’étude.

« Bien que nous ne puissions pas confirmer si l’augmentation du volume était directement liée au nouveau virus, nos preuves soutiennent d’autres travaux récents montrant que l’émergence s’est produite avant l’identification sur le marché des fruits de mer de Huainan », soulignent les chercheurs.

Les chercheurs de Harvard font également valoir que leurs résultats appuient les théories selon lesquelles Covid-19 circulait déjà avant que l’épidémie de Wuhan ne soit documentée pour la première fois, ajoutant que le virus a même pu se propager à l’échelle internationale avant que les autorités chinoises ne le détectent à la fin de l’année 2019.

« En août, nous identifions une augmentation unique des recherches de diarrhée qui n’a été ni vue dans les saisons de grippe précédentes ni reflétée dans les données de recherche sur la toux », indiquent les chercheurs.

« Cette augmentation de la recherche de symptômes est ensuite suivie d’une augmentation de la circulation dans les parkings des hôpitaux en octobre et novembre, ainsi que d’une augmentation des recherches de toux », avance l’étude.

« Bien que nous ne puissions pas conclure à la raison de cette augmentation, nous émettons l’hypothèse qu’une large transmission communautaire peut avoir conduit à des cas plus aigus nécessitant des soins médicaux, entraînant une charge virale plus élevée et des symptômes plus graves », soulignent les chercheurs.

En réaction, le gouvernement chinois a fustigé l’étude de la faculté de médecine de Harvard. « Je pense qu’il est scandaleusement absurde de tirer la moindre conclusion uniquement sur la base d’éléments superficiels comme les modèles de trafic », a dénoncé Hua Chunying, porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois.

« Je crois que nous devons respecter la science… La bonne réponse est de laisser cela aux scientifiques et d’entendre leurs conclusions de recherche basées sur des faits », a souligné la responsable.

  • Les derniers articles