search-form-close

L’Iran va dévoiler un nouvel avion de combat, renforcer sa puissance balistique

L’Iran va dévoiler dans les prochains jours un nouvel avion de combat et améliorer ses capacités balistiques pour répondre aux “menaces” d’Israël et des Etats-Unis, a annoncé le ministre de la Défense Amir Hatami.

“Notre priorité est notre capacité balistique et nous devons la renforcer (…) au vu des efforts (fournis par) nos ennemis dans le domaine de la défense antimissiles”, a affirmé M. Hatami dans une interview télévisée tard samedi soir.

Le programme balistique de l’Iran est une question épineuse avec les grandes puissances, particulièrement les Etats-Unis, mais Téhéran estime qu’il est crucial pour ses capacités défensives dans une région instable.

Selon M. Hatami, une démonstration de vol du nouvel avion de combat aura lieu “pendant la Journée nationale de l’Industrie de la Défense” en Iran, qui tombe mercredi.

Il a affirmé que le programme de défense iranien était motivé par le souvenir des attaques aux missiles dont son pays avait été la cible pendant la guerre contre l’Irak (1980-1988), ainsi que par les menaces répétées d’Israël et des Etats-Unis, qui répètent que “toutes les options sont sur la table” quand il s’agit de traiter avec l’Iran.

“Nous avons appris pendant la guerre (Iran-Irak) que nous ne pouvions compter que sur nous-mêmes (…) et que personne ne ferait preuve de clémence envers nous”, a souligné M. Hatami, qui avait annoncé en début de semaine une nouvelle version d’un missile de courte portée capable d’atteindre des cibles au sol et en mer.

“Nos ressources sont limitées”, mais “nous mettons à niveau nos missiles en fonction des menaces et des actions de nos ennemis, comme moyen de dissuasion ou de riposte dévastatrice”, a-t-il ajouté.

– “Détruire le régime sioniste” –

Dans son interview, le ministre iranien a affirmé que l’Arabie saoudite, principal rival régional de l’Iran avec lequel les relations sont rompues depuis 2016, avait “le plus important budget militaire au monde après l’Amérique et la Chine, alors que notre budget de défense est limité”.

M. Hatami a par ailleurs balayé l’idée d’un “OTAN arabe”, un vieux concept qui a récemment ressurgi au moment où Washington tente de pousser des pays de la région à mettre en commun leurs efforts en matière de défense.

“L’OTAN arabe fait partie d’un jeu de l’ennemi pour semer la discorde qui ne vaut pas la peine qu’on y prête attention”, a-t-il dit.

“Il est peu probable que l’Amérique et le régime sioniste (Israël) permettent aux pays musulmans de s’allier. Ils savent très bien que l’objectif des nations musulmanes est de détruire le régime sioniste et de défendre la Palestine”.

close