search-form-close
Mohcine Belabbas : « Gaïd-Salah doit démissionner »

Mohcine Belabbas : « Gaïd-Salah doit démissionner »

Trois jours après l’appel de Saïd Sadi à Gaïd Salah de partir, son successeur à la tête du RCD réitère la même demande. Invité ce dimanche de TSA-direct, Mohcine Belabbas a explicitement demandé au chef d’état-major de l’ANP de démissionner.

« Vendredi dernier, on a vu des banderoles contre Gaïd-Salah. Les semaines d’avant, les gens faisaient attention à chaque fois qu’il s’agissait de l’armée, mais quand ils ont vu toutes ces manœuvres et ces violences, ils disent que même Gaïd doit partir. En effet, si l’état-major veut envoyer un signal fort à la population, c’est l’annonce de la démission de Gaïd-Salah. Il y a d’autres cadres dans l’armée, jeunes et meilleurs. Si on nous met un chef d’état-major de 60 ans, ce serait un signal fort », estime le président du RCD.

Bellabas pense que le chef d’état-major doit au moins « cesser de s’exprimer sur des questions politiques ». « Le pouvoir, dit-il, multiplie les erreurs, le discours politique est monopolisé par Gaid-Salah et les communiqués de la DGSN. Ils font de la politique sans la maîtriser, comme lorsque le chef d’état-major a indiqué à Oran que la justice a retrouvé sa liberté, tout en annonçant la prochaine ouverture de dossiers de corruption, on comprend que c’est lui qui ordonne. Ils sont à côté de la plaque. Peut-être que Gaïd ne comprend pas la teneur des discours qu’on lui fait lire », précise-t-il.

Mohcine Bellabas reproche aussi au chef de l’armée les propos qu’il a tenus dans son dernier discours concernant les risques de dérapage. « L’intention de pousser à la violence est évidente, mais on ne sait pas quel responsable est en train de pousser à aller vers cette option. On a vu les images de la violence des forces de l’ordre, l’empêchement des manifestants d’aller à Alger, la sortie du GOSP, qui a donné tout cela ? Cette violence a coïncidé avec les propos de Gaïd-Salah qui a parlé de main étrangère, de terrorisme, de violence. Il a voulu faire peur et, vendredi, il y a des forces de sécurité qui voulaient démontrer que Gaïd avait raison. Si c’est vrai, pourquoi ils n’ont pas montré les individus arrêtés ? Je ne crois pas à ces choses-là, elles sont dépassées », tranche le président du RCD pour qui, « s’il y a pourrissement, il ne viendra que du pouvoir. Il y a une guerre psychologique contre le peuple, mais le peuple est plus déterminé ».

« Les messages du pouvoir sont clairs, il veut réprimer. Malgré ces manœuvres et la violence, le peuple est resté pacifique, à aucun moment il n’a cherché l’affrontement », se félicite-t-il.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close