search-form-close
Mustapha Berraf répond à Raouf Bernaoui : « Nous n’avons peur de rien »

Mustapha Berraf répond à Raouf Bernaoui : « Nous n’avons peur de rien »

Mustapha Berraf accuse la mafia du dopage d’être derrière la campagne contre le Comité olympique algérien (COA) dont il est président.

« La mafia du dopage et ceux qui ont des antécédents judiciaires, dont certains sont visés par des mandats d’arrêt internationaux, contre lesquels les services de sécurité et tribunaux ont été saisis, -des éléments dangereux-, sont derrière l’atteinte à la stabilité du Comité olympique », affirme ce mardi M. Berraf dans une déclaration à TSA.

Le président du COA rappelle à ses détracteurs qu’il a été « blanchi » par la justice contre toutes les accusations qui ont été portées contre lui.

En réponse à une question sur ce qui se passe entre lui et le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mustapha Berraf a répondu : « La charte olympique et les lois commandent à ce que la relation entre le ministère et le Comité soit respectable et je veille au respect de la Loi. J’étais au Nigeria pour préparer la visite du président du Comité olympique international et j’ai été surpris de ce qui a été écrit sur le COA dont je veille sur la réputation et la crédibilité ».

« Pour ceux qui parlent négativement du Comité olympique, nous leur disons que nous avons réalisé des infrastructures gigantesques et que nous avons des infrastructures à Oran et à Tamanrasset qui confirment que nous avons travaillé avec succès », se défend Berraf.

Et à propos des Jeux Méditerranéens qui se dérouleront à Oran, dont le comité a écarté de la « gestion de façon étrange », Berraf assure « qu’il œuvre avec les autorités publiques afin de sauvegarder la stabilité des institutions et donner une bonne image de l’Algérie ».

Quant aux accusations portées par le ministre de la Jeunesse et des Sports, il soutient qu’elles sont relatives au complexe national de Tikjda, où deux personnes, des travailleurs, ont trouvé la mort.

« La justice a tranché sur la question du stade et le dossier est clos. J’ai la conscience tranquille », dit-il. « Malheureusement, je constate amèrement que d’anciens amis s’attaquent à ma personne en m’accusant gratuitement », déplore-t-il.

« Le comité est une maison de verre, nous avons une assemblée générale et un contrôleur financier, nous n’avons peur de rien », ajoute-t-il, par ailleurs.

Et s’agissant, des Jeux africains 2019 qui se sont déroulés cet été au Maroc, Berraf ne cache pas sa satisfaction : « Nous avions travaillé pour être deuxième et les résultats ont été positifs. Nous aurions pu faire mieux. Grâce à l’argent du Comité, nous avons atteint ce niveau. Nous sommes en négociations pour récupérer notre argent ».

En conclusion, Mustapha Berraf n’a pas manqué de rappeler qu’à l’ombre de la situation que traverse le pays, il veille à « apaiser les esprits » et en coordination avec les plus hautes autorités du pays, il cherche à « assurer la stabilité aux institutions et non pas de verser de l’huile sur le feu ».

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close