search-form-close
Niger : 71 militaires tués lors d’une attaque terroriste

Niger : 71 militaires tués lors d’une attaque terroriste

71 militaires de l’armée nigérienne ont été tués ce mardi soir lors d’une attaque terroriste menée au camp d’Inates au sud-ouest du pays, près de la frontière avec le Mali et le Burkina Faso, rapporte RFI.

12 blessés et de nombreux disparus ont également été recensés en plus du nombre de morts, faisant de cette attaque l’une des plus meurtrières subie par l’armée nigérienne depuis le début des attaques terroristes en 2019. Si l’attaque n’a pas encore été revendiquée, les suspicions s’orientent vers le groupe d’Iyad Ag Ghali, le consortium d’Aqmi, Ansar Dine et al-Mourabitoun. Celui-ci pourrait aussi avoir eu le renfort des combattants d’Abou Walid al-Sahraoui, indique la même source.

L’armée a été attaquée simultanément sur trois côtés et les combats ont été d’une rare violence, rapporte RFI, qui précise que l’arrivée de renforts militaires a permis de repousser les assaillants.

Un « nombre important de terroristes neutralisés » a dans ce cadre été signalé, ajoutant que « les terroristes avaient visiblement soigneusement préparé leur opération. Dès les premiers coups de feu, ils ont détruit la poudrière et le centre de transmission, privant les soldats de l’accès à leurs munitions et de toute communication avec l’extérieur », indique la même source.

Le camp d’Inates occupe une position stratégique pour l’armée nigérienne, selon RFI. « Ce poste est situé à moins de 5 km de la frontière malienne et non loin de la réserve de faune d’Ansongo, qui abrite de nombreux terroristes du nord du Mali. Cette localité se situe aussi non loin de deux bourgades maliennes qui servent de carrefour aux narcotrafiquants et aux terroristes, les villages d’Akabar et Tabankort », affirme la même source qui précise que « la présence militaire nigérienne gène ces trafiquants dans leurs acheminements vers la frontière algérienne ».

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close