search-form-close
Que cache le retour de Omar Ghrib à la tête du MCA ?

Que cache le retour de Omar Ghrib à la tête du MCA ?

Le retour de Omar Ghrib à la tête du MCA suscite des interrogations. Sur les réseaux sociaux, les supporteurs du Mouloudia, n’applaudissent pas et refusent de cautionner les « manœuvres malsaines » de la Sonatrach, actionnaire majoritaire dans le capital du « Doyen ».

Le 26 mars dernier à l’issue d’une réunion de la SSPA/MC Alger, le directeur général sportif Kamel Kaci Said est officiellement limogé, et remplacé par une direction collégiale présidée par l’ancien capitaine du MCA des années 1970 Zoubir Bachi. Ce directoire avait pour mission de gérer cette fin de saison, tout en préparant l’exercice 2019-2020.

Tout a basculé dans la journée du mardi 9 avril, le jour même de la désignation de Bensalah à la tête de l’Etat. Les rumeurs sur le retour d’Omar Ghrib se sont propagées sur la Toile, certains ont pris d’abord l’information avec des pincettes tant que l’annonce n’avait pas encore été faite par les responsables. Le lendemain, Ghrib dans la peau du « sauveur » annonce à TSA son retour officiel.

« Effectivement, je suis officiellement de retour aux affaires du MCA à la tête de la section Football. Ça s’est fait aujourd’hui, je vais poursuivre le travail que j’avais déjà entamé mais qui avait été cassé à l’issue de mon départ », a-t-il indiqué.

Ce n’est qu’un retour aux sources pour Omar Ghrib, qui ne jouit pas d’une grande popularité au sein des supporters du « Doyen », puisqu’il avait déjà dirigé le vieux club algérois à deux reprises (2010-2013 et 2016-2017). Les fans lui reprochent notamment sa gestion «catastrophique sur le plan financier » et ses sorties pour le moins fracassantes qui nuisent profondément à l’image du club.

Une question se pose, que cache le retour de Ghrib à ce moment même de la saison, dans un contexte politique marqué par les manifestations populaires contre le système ? Omar Ghrib a-t-il été imposé pour tenter de torpiller le mouvement populaire, sachant que les supporteurs des clubs de football dont ceux du MCA, participent massivement aux manifestations contre le système.

D’ailleurs, Zoubir Bachi a jeté un pavé dans la mare en révélant : « Le PDG de la Sonatrach (Abdelmoumen Ould Kaddour, ndlr) nous a dit que c’est une décision venue d’en haut. C’est très grave ce qui se passe dans notre pays », a-t-il lâché sur les colonnes du quotidien Compétition, sans donner plus de détails. Qui a imposé Omar Ghrib, un personnage au passé sulfureux et douteux, à la tête du MCA ? Et à quelles fins ? En 2013, alors à la tête du MCA, il avait humilié tout le pays, en boycottant, lui et son équipe, la cérémonie des remises de médailles de la finale de la Coupe d’Algérie de 2013. Il a été ensuite radié à vie de toute activité liée au football, avant d’être gracié en 2016.

Rejetés par les supporteurs du « Doyen », Omar Ghrib n’est pas le bienvenue pour la direction collégiale du club. Le président du Conseil d’administration de la SSPA/ MC Alger Mohamed Hirèche a déclaré mardi à l’agence officielle que les membres de la direction collégiale ont refusé de travailler avec Ghrib.

« J’ai aussitôt pris attache avec les membres de cette direction collégiale pour les convaincre de mettre à côté les différends avec Ghrib et privilégier l’intérêt du club. Nous sommes en train de préparer le centenaire du club (2021) et nous avons besoin des compétences de tout le monde ».

Le MCA, l’un des plus gros budgets de la Ligue 1, est loin de voir le bout du tunnel, faute de décisions fermes et efficaces, ce qui devrait mettre le club dans une mauvaise posture, lui qui aspire à fêter son centenaire en 2021 avec la plus belle des manières.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close