search-form-close
Rahabi dénonce un « harcèlement » contre les partis de l’Alternative démocratique

Rahabi dénonce un « harcèlement » contre les partis de l’Alternative démocratique

Abdelaziz Rahabi a dénoncé, ce vendredi 30 août, la décision des autorités d’interdire la convention des Forces du pacte de l’Alternative démocratique, qualifiant cette décision de « harcèlement ». Prévue mercredi 28 août, à Alger, la réunion n’avait pas été autorisée par la wilaya.

« Le harcèlement que subissent les partis de l’Alternative démocratique qui n’ont pas obtenu l’autorisation pour tenir leur convention constitue une violation inacceptable d’un droit constitutionnel de partis et d’associations agréées par la loi », écrit l’ancien ministre de la Communication dans une déclaration sur sa page Facebook.

« Ce comportement ne facilite pas nos efforts communs pour aboutir à une vision consensuelle entre toutes les dynamiques politiques et de la société civile pour aboutir à une sortie de l’impasse dans laquelle se trouve le pays », poursuit l’ancien diplomate.

Abdelaziz Rahabi rappelle que le dialogue « exige un minimum de confiance entre les autorités et les acteurs politiques afin d’éviter des cas qui ne servent pas la normalisation de la situation et la stabilité de l’Algérie ». « J’espère que le report de cette réunion sera l’occasion pour l’administration de rectifier et d’accepter la nouvelle date proposée par les partis de l’Alternative démocratique », a-t-il ajouté.

Les partis de l’Alternative démocratique ont annoncé qu’ils déposeraient une nouvelle demande pour la tenue de la convention le 9 septembre prochain.

Les Forces du pacte de l’Alternative démocratique regroupent la Laddh, le RCD, le FFS, l’UCP, le PLD, le MDS, le PT et le PST. Ces acteurs militent en faveur d’une période de transition, ce que rejette le pouvoir.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close