search-form-close
Renault Clio : toujours la même, mais en mieux

Renault Clio : toujours la même, mais en mieux

La voiture la plus vendue de la marque au losange se relance avec une nouvelle génération. Si beaucoup ne lui trouvent pas de changements de style notables, en réalité, elle gagne en dynamisme et le soin des finitions intérieures est très supérieur à la génération précédente.

La Clio est bien plus qu’une voiture à volume pour la marque au losange… La citadine française est une voiture iconique, si bien que c’est elle qui ouvre le bal du renouvellement de la gamme Renault. Pour autant, la nouvelle Clio s’inscrit dans la continuité de la génération précédente. La Clio s’est distinguée du reste de la gamme en rencontrant un véritable succès, au point de monter sur la première marche du podium européen. Mais en termes de continuité, la petite qui, jadis, avait « tout d’une grande », a surtout aujourd’hui de grandes ambitions, parmi lesquelles sa « premiumisation ».

Plus moderne

C’est vrai que, sur le look, la cinquième génération de la plus célèbre des citadines françaises n’est pas en rupture de style. La silhouette est strictement la même, l’esprit est inchangé. On note toutefois des lignes plus affirmées que ce soit sur le capot ou sur les flancs: plus dynamique, plus moderne… La signature lumineuse s’est également affûtée. Mine de rien, la nouvelle Clio a gagné en dynamisme.

Mais l’enjeu assumé de cette nouvelle génération était de monter en gamme, notamment par l’aménagement intérieur. Sur notre version dotée de la finition RS Line, la ligne sport de Renault, l’intérieur s’inscrit dans le haut du panier, en attendant la finition Initiale Paris. La planche de bord est agrémentée d’une belle mousse au motif de fibre de carbone. Elle est surmontée d’une grille d’aération rayée d’une élégante baguette rouge pour un beau contraste sportif. L’assise en cuir se veut également sportive avec ses surpiqures rouge. L’univers gagne en robustesse, mais on déplore une certaine austérité persistante…

C’est côté connectivité que les progrès sont flagrants. Renault a enfin décidé d’en finir avec r-Link, son système de navigation aux alertes intempestives et inutiles… Avec Easy-Link, le système de connectivité gagne en sérénité. En réalité, ce nouveau système permet surtout de gérer la synchronisation avec Android Auto ou CarPlay. Le tableau de bord, lui, est seulement en partie digitalisé… Dommage…

Agrément de conduit au rendez-vous

Tous ces détails ne sont toutefois rien face à l’agrément de conduite de la Clio. Réactive et agile, notre version 130 chevaux affiche une puissance plus que suffisante. De fait, la Clio assure aussi bien sur route que sur autoroute. La boîte automatique double embrayage est toujours aussi excellente: pas d’à-coups, des passages de rapports bien dosés… Seul bémol, et pas des moindres, les suspensions nous ont paru très (trop) fermes. Dommage !

La nouvelle Clio a rempli l’essentiel de sa mission: soigner son intérieur, dynamiser son style, donner une nouvelle dynamique à son univers. Elle espère ainsi sauver sa place de numéro un, mais également améliorer son mix-produit. Elle fera face à la nouvelle 208, dont la marque Peugeot est devenue un rouleau-compresseur de la montée en gamme. Mais la Clio dispose de sérieux arguments…


Plus d’actualité sur La Tribune

 

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close