search-form-close

Rencontres cinématographiques de Bejaia : le film « Fragments De Rêves » censuré

Alors que la polémique bat son plein autour de l’interdiction du film « Larbi Ben M’hidi » de Bachir Derrais, un autre film vient d’être frappé de censure : il s’agit de « Fragments De Rêves » de la réalisatrice Bahia Bencheikh Lefgoune.

Initialement prévu pour la clôture de la seizième édition des rencontres cinématographiques de Bejaia, jeudi à 19 heures, le film n’a pas eu de visa culturel, selon Laila Aoudj, animatrice de l’association Project’ Heurts, organisatrice des RCB.

« L’association Project’ Heurts organisatrice des RCB a le regret d’annoncer que le film « Fragments De rêves » programmé à la clôture de cette seizième édition n’a pas reçu de visa culturel pour sa projection ce 6 septembre à 19h, et ce sans aucune argumentation de la part de la commission de visionnage », a-t-elle annoncé jeudi en début de soirée.

Selon elle, une demande de recours a été adressée par les RCB au ministère de la Culture « sans réponse à ce jour ». « L’équipe des RCB prend acte de cette décision et compte agir dans le cadre du respect de la loi… La programmation a toujours été effectuée dans le cadre du respect des valeurs démocratiques et du respect de la dignité humaine », rappelle-t-elle. « Conscients de la nécessité d’une réglementation dans l’attribution des autorisations de projection des films, il demeure indispensable d’avoir accès aux critères d’attribution en toute transparence par respect au public », ajoute-t-elle.

Ce refus est considéré comme une nouvelle atteinte à la liberté d’expression. « Nous ne pouvons actuellement plus disposer de la liberté de choix de films ; les RCB considèrent ce non-octroi de visa culturel, sans aucune argumentation, comme une atteinte à la liberté d’expression », déplore Laila Aoudj. « Par respect au public des RCB qui donne son approbation à cette manifestation depuis 16 ans, par honnêteté envers tous les réalisateurs algériens et étrangers qui font confiance aux RCB (…) par respect à tous les bénévoles qui ont donné ou qui donnent encore de leur temps pour les RCB, les organisateurs décident de l’arrêt des RCB jusqu’à ce que les conditions de libre-exercice soient assurées. L’association Project’ Heurts continuera à occuper l’espace cinématographique par le billet d’autres activités », conclut-elle.

Ce n’est pas la première fois qu’un film est censuré aux RCB. En 2014, le documentaire « Vote off » du réalisateur Fayçal Hammoum a été interdit de diffusion. Une interdiction dénoncée par de nombreuses figures du cinéma et du monde de la culture.


Sur le même sujet : 

close