search-form-close
Suisse : un homme reçoit une amende pour avoir salué son ami en scandant « Allahou Akbar »

Suisse : un homme reçoit une amende pour avoir salué son ami en scandant « Allahou Akbar »

Un homme de 22 ans d’origine turque a été condamné, en Suisse, à payer une amende de 150 francs suisses (plus de 18 000 dinars) pour outrage public à la pudeur après avoir salué en public un ami en prononçant les mots « Allahou Akbar », rapporte le site suisse 20minutes. Le mis à l’amende dénonce une discrimination.

Les faits remontent à mai dernier, dans la ville suisse de Schaffhouse. « Je me tenais devant l’association culturelle turque de Schaffhouse avec mon ami. On parlait en turc. Soudain, une policière m’a appelé et m’a demandé ce que je voulais dire avec cette expression », relate l’intéressé, prénommé Orhan E. « Je lui ai dit que ces mots ne signifiaient rien de grave et qu’ils étaient souvent utilisés par les musulmans pour se saluer », ajoute-t-il.

Les explications apportées n’ont semble-t-il pas convaincu la policière qui a appelé des renforts. « Des policiers armés ont débarqué. Ils m’ont fouillé, ont contrôlé mon identité et ont exigé que je m’excuse », affirme-t-il. « Je suis né ici et jamais je n’aurais pensé vivre une chose pareille en Suisse », indique Orhan E.

La décision des policiers a été critiquée par la Fédération d’organisations islamiques de Suisse (FOIS). «Les musulmans n’ont aucun problème avec cette expression. Seules les personnes non-musulmanes y voient un soucis parce qu’il la mettent en lien avec le terrorisme », affirme Önder Güne, porte-parole de la FOIS. La Fédération a annoncé à la même source qu’elle prendra prochainement contact avec la police schaffhousoise.

Daniel Frei, conseiller national socialiste, a également critiqué l’amende en affirmant que « les expressions religieuses utilisées pour se saluer font partie de la liberté religieuse et devraient pouvoir être formulées dans l’espace public sans qu’on doive risquer une amende ».

La décision a cependant été soutenue par d’autres. Le conseiller national UDC, Andreas Glarner, estime que l’expression « Allahou Akbar est utilisé par les terroristes peu avant qu’ils se font exploser. La policière a tout fait juste. Les forces de l’ordre de notre pays doivent tout faire pour garantir la sécurité », a-t-il estimé.

Même son de cloche chez Saïda Keller-Messahli, du Forum pour un islam progressiste. « L’expression a été pervertie par les attentats. Si le jeune homme a prononcé ces mots de manière assez forte, il est possible qu’il ait perturbé des personnes dans la rue », a-t-elle estimé. Qualifiant l’expérience de « traumatisante », Orhan s’est, pour sa part, acquitté de l’amende.

close