search-form-close
Violences dans les stades en Algérie : les chiffres « n’inspirent pas d’inquiétude »

Violences dans les stades en Algérie : les chiffres « n’inspirent pas d’inquiétude »

Les chiffres relatifs aux violences dans les stades algériens « n’inspirent pas d’inquiétude », a déclaré ce jeudi 18 juin le ministre de l’Intérieur, Kamel Beldjoud.

Durant la phase aller du championnat national de football, les services de sécurité ont interpellé 444 personnes dont 56 mineurs impliqués dans 39 actes de violence, a précise le ministre au cours d’une séance plénière du Conseil de la Nation, rapporte la Radio nationale.

Sur les 94 personnes déférées devant la justice, 17 ont été placées en détention préventive, a précisé Beldjoud qui fait état de dégâts matériels importants ayant ciblé particulièrement les véhicules.

Selon M. Beldjoud, le phénomène des violences dans les stades est essentiellement dû à trois facteurs : la mauvaise programmation et l’organisation des compétitions en sus du mauvais état des infrastructures sportives.

Devant les sénateurs, le ministre de l’Intérieur a rappelé les mesures juridiques et organisationnelles pour lutter contre ce phénomène, à l’instar de la mise en place de comités chargés d’organiser les supporters, la mise en œuvre d’une carte nationale des personnes interdites d’entrée au sein des infrastructures sportives avec une actualisation régulière.

Le ministre a annoncé également une modification de la programmation des matchs et la vente des billets au moins deux jours avant le match.

Le ministre a informé les sénateurs que de nouvelles méthodes de contrôle aux entrées des stades ont été initiées afin d’empêcher l’introduction des articles prohibés et autres produits pyrotechniques.

  • Les derniers articles