France : les étudiants algériens refroidis par l’augmentation des frais d’inscription

Le :

Le taux d’inscription des Algériens aux universités françaises est en forte baisse, selon un rapport d’information publié le 13 mars par l’Assemblée Nationale française, conduit par la Commission des Affaires Etrangères concernant l’accueil des étudiants étrangers en France.

 

Ce rapport est une réponse à la stratégie « Bienvenue en France – Choose France » présentée le 19 novembre 2018 par le Premier ministre français Edouard Philippe, dans laquelle il est notamment question d’une hausse des frais de scolarité pour les étudiants « n’étant pas ressortissants d’un pays de l’Espace économique européen ou de la Suisse ».

 

D’après la Commission des Affaires Etrangères, l’objectif de la stratégie « Bienvenue en France – Choose France » serait de « relever le défi de l’attractivité internationale de l’enseignement supérieur français. Il consiste en « trois piliers » : de « meilleures conditions d’accueil aux étudiants internationaux », le « renforcement du rayonnement de l’enseignement supérieur français à l’étranger », et « l’augmentation des droits d’inscription pour les étudiants internationaux extra européens ». C’est ce dernier « pilier » qui a d’ailleurs suscité l’indignation des étudiants concernés et beaucoup de colère au sein des étudiants algériens en France, s’en sont même suivis plusieurs rassemblements et manifestations en contestation de ce qui a pu être perçu comme une discrimination.

 

En France, le nombre d’étudiants algériens a évolué de 47% entre l’année scolaire 2008-2009 et l’année 2017-2018, faisant de l’Algérie, selon le rapport, l’un « des trois pays les plus représentés » dans les universités françaises avec le Maroc et la Chine. Ainsi, les futurs étudiants algériens seront parmi les plus touchés par cette augmentation des frais d’inscription.

 

D’après le rapport, le gouvernement français « souhaite mettre en place une différenciation des frais d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers extra-européens » afin de « dégager des ressources nouvelles pour les établissements d’enseignement supérieur, afin de financer leurs politiques d’attractivité et l’amélioration des conditions d’accueil des étudiants étrangers ».

 

En Novembre 2018, la Cour des comptes française « dans son rapport consacré aux Droits d’inscription dans l’enseignement supérieur public estime « risquée » l’hypothèse d’une évolution à la hausse des droits d’inscription pour les seuls étudiants étrangers non ressortissants d’un pays de l’Union européenne, de l’Espace économique européen ou de la Suisse ». Selon le rapport, « une telle hausse des droits de scolarité pour les seuls étudiants étrangers extra-européens pourrait en dissuader un certain nombre de venir poursuivre leurs études supérieures en France »

 

En ce qui concerne les étudiants algériens, il y a eu « une baisse significative du nombre de candidatures déposées, auprès de Campus France, par rapport à l’an passé » avec 28230 dossiers de candidatures au 26 février 2018 contre 16596 au 25 février 2019 soit une évolution de -41,21%.

 

Il s’agit de la plus forte baisse du nombre global de candidatures soumises à Campus France d’un pays extra-européen devant la Guinée, la Tunisie et le Maroc.

 


 

Par : Majda Zitouni

Partager sur :
Quoi de neuf ?
Dix bonnes raisons de visiter Alger
Il y a plein d’endroits sympas à visiter dans la capitale. Des endroits à recommander à un touriste qui découvre Alger pour la première fois. Voici une ‘shortlist’ des lieux incontournables…   1- Le Musée du Bardo   Le...