search-form-close
Accord agricole : comment le Maroc fait pression sur le Parlement européen

Accord agricole : comment le Maroc fait pression sur le Parlement européen

Le député autrichien au sein du Parlement européen, Thomas Waitz, a dénoncé, lundi 12 novembre, dans une lettre adressée au président du Parlement européen Antonio Tajani les pressions subies de la part de l’ambassadeur du Maroc en Autriche Lotfi Bouchaara, dans le contexte des négociations encadrant l’accord agricole UE – Maroc.

« Je voudrais attirer votre attention sur un sérieux incident de pression excessive par une mission diplomatique en relation avec le prochain vote de notre comité sur l’accord de libéralisation commerciale UE – Maroc en relation avec le Sahara occidental », écrit le député européen Thomas Waitz, qui évoque une lettre reçue de la part de l’ambassadeur du Maroc en Autriche, Lotfi Bouchaara. Les deux lettres ont été rendues publiques par le site Western Sahara Resource Watch.

Dans sa lettre adressée au député européen, M. Bouchaara affirme que 36 amendements inclus sont « motivés politiquement », « clairement injustifiés et ni utiles ni constructifs », et qu’ils « n’ont même pas rapport avec le champ de compétence de la commission AGRI », dont fait partie Thomas Waitz.

« Comme vous le savez, le Maroc, qui a une relation de longue date, profondément enracinée et diversifiée avec l’Union européenne, demeure son partenaire privilégié », estime l’ambassadeur marocain. « Le partenariat entre le Maroc et l’Union européenne est riche et multidimensionnel. De manière certaine, il n’est pas seulement économique mais stratégique dans le contexte de la lutte contre le terrorisme, les flux migratoires et les questions de sécurité », laisse entendre M. Bouchaara.

« A cet égard, et en vue de l’importance de préserver l’esprit constructif de la coopération entre le Maroc et l’Union européenne, je serais très reconnaissant si vous votiez non à ces amendements non-productifs », écrit l’ambassadeur du Maroc en Autriche au député européen.

Pour le député Thomas Waitz, qui affirme que « des lettres similaires ont été envoyées aux autres membres de la Commission de l’Agriculture », cette lettre « constitue une sérieuse attaque contre l’indépendance de mon mandat ».

« Je considère qu’un tel comportement extraordinaire viole le code de conduite de l’UE, notamment l’obligation de ‘’ne pas obtenir ou tenter d’obtenir des décisions de manière malhonnête ou par l’usage de pression excessive ou par un comportement inapproprié », estime le député européen.

« De plus, je trouve inacceptable qu’une mission diplomatique puisse questionner, par écrit, le caractère approprié technique et politique d’amendements proposés par des députés européens et chercher à influencer le résultat d’un vote au niveau de la commission », s’insurge Thomas Waitz.

Par conséquent, le député d’Autriche appelle le président du Parlement européen à prendre en charge cette question « de manière urgente et prendre toutes les mesures appropriées, justifiées par la gravité de l’incident ».

close