search-form-close
Choléra : pour quand la traçabilité des produits agricoles ?

Choléra : pour quand la traçabilité des produits agricoles ?

Près d’un mois après l’apparition des premiers cas de choléra dans la région centre du pays, personne n’est encore en mesure de déterminer l’origine de la maladie.

Déjà, il a fallu plusieurs jours pour que les autorités admettent explicitement qu’il s’agissait de cette maladie « honteuse » du 19e siècle. On a ensuite soupçonné l’eau du robinet, puis incriminer celle des sources non contrôlées pour enfin soupçonner les fruits et légumes.

La cacophonie est telle que le citoyen ne sait plus qui croire, quoi consommer ni quoi bouder. Au-delà des limites de la communication officielle et du déficit énorme en matière de prise en charge des déchets, la résurgence du choléra met aussi le doigt sur une carence qui caractérise le mode de consommation en Algérie : l’absence de traçabilité pour certains produits alimentaires.

L’apparition de cas de maladies infectieuses ou virales n’a rien d’exceptionnel ni de « honteux ». Cela arrive régulièrement, même dans les pays dits avancés en matière de santé, de recherche médicale et de cadre de vie. C’est juste qu’une procédure d’une simplicité infantile permet de les circonscrire et d’éviter leur propagation : médecins et biologistes cherchent d’abord à déterminer le produit commun consommé par les personnes atteintes, puis remontent jusqu’à l’origine de la bactérie ou du virus grâce au système de code à barres et de lots imposé à toutes les industries.

C’est en partie grâce à cette technique que l’on n’assiste quasiment plus à des épidémies de grande ampleur depuis des décennies, hormis dans les territoires en guerre (comme c’est le cas actuellement au Yémen où on parle justement de choléra) ou dans les pays extrêmement pauvres.

Dire qu’il n’existe pas de système de traçabilité des produits en Algérie est inexact. Le code à barres, une sorte de pédigrée qui renferme tous les renseignements liés à chaque produit, est une disposition légale imposée à tous les produits de consommation qu’ils soient fabriqués en Algérie ou importés, en dehors bien sûr des produits agricoles.

En décembre dernier, la découverte de salmonelle dans du lait infantile d’une célèbre marque française n’avait pas fait trop de bruit. Il avait suffi de retirer de la vente les lots incriminés et d’appeler la population à s’abstenir de consommer les boîtes déjà achetées. Hormis pour ceux de l’informel et de la contrefaçon, il est toujours possible de retracer le parcours des produits.

Malheureusement, une telle procédure est inapplicable pour les cas de choléra décelés récemment car justement les deux produits soupçonnés, l’eau de source et les fruits de saison, n’offrent aucune possibilité de retraçage, même si, faut-il l’admettre, on n’en est pas encore à parler de traçabilité puisque les autorités cafouillent toujours sur le produit à incriminer.

Néanmoins, même dans le cas où, par exemple, la pastèque était formellement identifiée comme vecteur de la maladie, les autorités n’auraient eu comme alternative que la prohibition totale du fruit à l’échelle nationale, tant, en l’absence de toute traçabilité, il n’y a aucun moyen de remonter jusqu’au champ, ou du moins à la zone géographique d’où est parti le germe.

Aucune possibilité par conséquent de connaître le genre de dysfonctionnement qui a concouru à l’apparition du vibrion cholérique, autrement dit, si l’irrigation des champs avec des eaux usées était réellement en cause. Quelle sont, en effet, les chances pour une commission d’experts, fut-ils éminents, de remonter l’origine d’une pastèque ou d’un melon acheté chez un marchand ambulant en bord de route ? Autant dire aucune.

Le phénomène n’est pas circonscrit aux fruits de saison. La problématique se pose avec acuité à tous les produits agricoles locaux, autrement dit 70% de ce que consomme la population algérienne. Certes, l’activité agricole est exonérée de toute taxe ou impôt dans de nombreux pays, mais en Algérie cette exonération est doublée de l’exemption de l’obligation de facturation qui peut bien servir de premier indice dans pareils cas.

Continuer à tolérer ce mode de fonctionnement de l’agriculture et de l’activité de distribution des produits agricoles, avec une part belle pour l’informel, c’est sans doute faire courir au pays le risque de pandémies plus meurtrières. Quant aux « résistances » qui pourraient survenir, un argument tout simple pourrait les lever : la traçabilité protège aussi le producteur et le commerçant. Certaines filières agricoles ne seraient pas aujourd’hui au bord de la faillite si l’origine du choléra avait pu être déterminée…

close