search-form-close
Condamnation des détenus du hirak : les réactions

Condamnation des détenus du hirak : les réactions

Actualisé à 13h35, avec la réaction du FFS. Dans un communiqué, Le Front des forces socialistes « dénonce avec une extrême virulence les lourdes peines prononcées par le tribunal de Sidi M’hamed contre les prévenus présentés hier, devant les juges durant un procès marathon ».

« Le FFS s’insurge contre ces verdicts qui traduisent clairement l’absence d’aucune volonté chez les  tenants du pouvoir d’aller vers l’apaisement. Pis encore, ces décisions judiciaires arbitraires qui ne s’appuient d’ailleurs sur aucun argument juridique valable s’apparentent à une provocation caractérisée qui vise à pousser le peuple révolté d’une manière pacifique et civilisée à l’escalade et à la violence. En vain », ajoute le communiqué.

Le verdict est tombé dans la nuit de lundi à mardi : les détenus poursuivis pour le port du drapeau amazigh ont été condamnés à une année de prison, dont six mois fermes, et une amende de 30.000 dinars.

Les premières réactions ont fusé dès la matinée de ce mardi 12 novembre. Beaucoup de ceux qui ont réagi ont relevé le fait que pour les mêmes faits, des manifestants avaient été acquittés par d’autres tribunaux.

Pour Sofiane Djillali, « la condamnation des jeunes détenus du hirak est une provocation et un non-sens ». « Certaines juridictions les acquittent, d’autres les mettent en prison pour le même motif. Le jeu malsain du pouvoir se fait sur le dos de notre jeunesse. La justice continue à être instrumentalisée. Mon soutien aux détenus et à leurs familles », a ajouté le président de Jil Djadid.

Abdelkrim Boudra, porte-parole de Nabni, en veut aux juges qui « oppriment en transgressant la loi ». « Un juge qui opprime en transgressant la loi, c’est terrible. Surtout que son confrère, pour le même fait a libéré les détenus d’opinion. C’est terrible pour les détenus, leurs familles et les citoyens qui aspirent à un Etat de droit. Nous sommes blessés, en colère. Et que pensez-vous qu’on va en faire de cette colère ? Vous pensez qu’elle va réactiver nos peurs ? Notre résignation ? Oh que Non ! Vous l’avez manifestement oublié, mais ce Peuple a horreur de l’injustice. Cette colère s’est déjà transformée en détermination. A lutter contre ces fossoyeurs de notre indépendance, de nos institutions, de notre Etat. Vous en récolterez la honte éternelle, comme jadis vos aînés harkis », a-t-il indiqué sur Facebook.

« Le téléphone a sonné au tribunal de Sidi M’hamed : le verdict est tombé à 2h30. Un an de prison dont 6 mois ferme et 6 mois sursis et une amende de 30 000 Da », s’est contenté d’écrire le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) sur le même réseau social.

Said Salhi, vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme, a lui aussi annoncé les détails des verdicts et conclut que le tribunal Sidi M’hamed, à Alger, fait l’exception ». « La justice en prend un coup, les magistrats aussi », estime-t-il.

| LIRE AUSSI : Tribunal de Sidi M’hamed : prison ferme pour les détenteurs du drapeau amazigh

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close