search-form-close
Des partis, des syndicats et des personnalités appellent à rejeter pacifiquement la présidentielle

Des partis, des syndicats et des personnalités appellent à rejeter pacifiquement la présidentielle

Des partis politiques, syndicats et organisations de la société civile en Algérie et au sein de la diaspora ont lancé un appel, ce lundi 9 décembre, pour rejeter pacifiquement les élections présidentielles prévues ce jeudi 12 décembre, qu’ils qualifient de « mascarade électorale ».

« L’opposition explicite et déterminée de millions de citoyen (ne)s à cette nouvelle forfaiture contre la souveraineté populaire, est gérée par la répression, la diversion, la division, le chantage et le verrouillage de l’espace public. La volonté d’acheter le silence des puissances étrangères est étalée sans vergogne à travers des sollicitations directes et des réaménagements juridiques et économiques qui hypothèquent jusque l’avenir lointain », dénonce l’appel signé par des partis tels que le FFS, le RCD, le PT ou encore le MDS.

« L’acte final est le maintien d’un simulacre d’élection présidentielle conduite par le même régime, contre tout bon sens, pour le 12 décembre prochain. Le pseudo « accompagnement du peuple » des tenants du système n’arrive pas à masquer le vrai objectif : le maintien du système autoritaire et corrompu », fustige le communiqué signé également par la Ligue Algérienne de Défense des Droits de L’Homme (LADDH), le Rassemblement Action Jeunesse (RAJ) ou encore SOS Disparus.

« Forts de leur mainmise sur la puissance sécuritaire du pays, les tenants du pouvoir s’obstinent à imposer, par un violent passage en force, un président de leur choix, au risque de porter atteinte à la pérennité de l’État, voire d’entraîner le pays vers le chaos. Ils entendent perpétuer l’autoritarisme et la prédation. Ils sont décidés à étouffer la révolution citoyenne et démocratique. Face à ce brutal déni de souveraineté, la résistance pacifique du peuple est un droit légitime et un devoir », affirme l’appel signé en outre par le Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (Snapap) et le Syndicat national des travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef).

« C’est pour cela que nous, partis politiques, société civile, syndicats, associations, collectifs citoyens et personnalités nationales signataires, appelons solennellement les Algériennes et les Algériens, au pays et dans la diaspora, à continuer de rejeter, par tout moyen pacifique, la mascarade électorale du 12 décembre en demeurant vigilants contre toutes les provocations contre-révolutionnaires », indique le communiqué, qui appelle à continuer « ensemble d’exiger dans l’union le départ du système policier à travers une transition démocratique qui jette les jalons d’une nouvelle république », poursuivent les signataires parmi lesquels figurent des artistes, des universitaires, des journalistes et des écrivains.

« Makanche intikhabett m3a el 3ssabet », conclut l’appel.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close