search-form-close
Emmanuel Macron choisit le Maroc pour son premier voyage au Maghreb

Emmanuel Macron choisit le Maroc pour son premier voyage au Maghreb

DR
La visite qu’effectuera le nouveau président français Emmanuel Macron au Maroc ne manque pas de soulever des interrogations quant aux raisons derrière cette décision.

Le président français Emmanuel Macron effectuera les 14 et 15 juin prochains une visite officielle au Maroc, durant laquelle il devrait notamment rencontrer le roi Mohamed VI. L’information, rapportée par l’agence Reuters, n’a pas encore été confirmée de source officielle. Il s’agira de la première visite du nouveau président français dans la région du Maghreb depuis son investiture le 7 mai dernier.

Qualifiée par les médias marocains d’illustration de « l’excellence des relations de partenariat qu’entretiennent le Maroc et la France », la visite de Macron au royaume chérifien rompt une tradition existant chez les présidents français depuis le deuxième mandat de la présidence de Jacques Chirac, voulant que le président français effectue son premier déplacement au Maghreb en Algérie.

Chirac avait par exemple effectué une visite officielle en l’Algérie en mars 2003, avant de se déplacer au Maroc en octobre de la même année. Son successeur Nicolas Sarkozy avait également accordé la primauté de sa visite dans la région à l’Algérie en juillet 2007, trois mois avant sa visite d’État qu’il effectue au Maroc en octobre de la même année.

La tradition a été maintenue au moment de l’alternance politique avec l’accession à la présidence par François Hollande. Ce dernier a réservé à l’Algérie son premier voyage d’État en décembre 2012, un geste symboliquement fort qui avait d’ailleurs fait grincer des dents au Maroc, où le président Hollande ne s’est déplacé qu’en avril 2013.

Dans ce contexte, la visite qu’effectuera le nouveau président français Emmanuel Macron au Maroc ne manque pas de soulever des interrogations quant aux raisons derrière cette décision. Alors qu’il avait été accueilli en grande pompe à Alger durant sa campagne en vue des élections présidentielles et a été qualifié d’ « ami de l’Algérie », Emmanuel Macron a récemment surpris avec des propos ambigus à l’égard de la position de l’Algérie vis-à-vis du règlement du conflit au Mali. « Moi, ce que je veux en début de mandat, c’est une exigence sans doute renforcée à l’égard des États du Sahel et de l’Algérie », a déclaré le président français lors d’une visite au Nord Mali.

« On ne peut pas manifester quelque faiblesse que ce soit à l’égard de groupements terroristes, quelles que soient les raisons politiques domestiques », a affirmé en outre Emmanuel Macron, en référence aux accusations de soutien de l’Algérie à Iyad Ag-Ghali, chef du mouvement djihadiste malien Ansar Dine. Le président Macron serait-il donc en train d’effectuer subrepticement un virage diplomatique dans la dynamique de ses relations avec les pays du Maghreb ?

| LIRE AUSSI :Emmanuel Macron est-il vraiment « l’ami de l’Algérie » ?

L’hypothèse qui demeure la plus plausible reste cependant le probable fait que le président Bouteflika soit actuellement dans l’incapacité de recevoir le président français, du fait de son état de santé très précaire. Ayant prévu de se rendre au Mali pour la seconde fois au début de mois de juillet, Emmanuel Macron ne peut difficilement pas visiter un pays du Maghreb, d’où sa visite prochaine au Maroc.

  • Les derniers articles