search-form-close
Hakim Soufi clarifie sur sa position à l’égard du FCE

Hakim Soufi clarifie sur sa position à l’égard du FCE

Hakim Soufi, président du syndicat services au sein de la Confédération syndicale FCE, a clarifié ce samedi 2 mars sa position à l’égard de l’organisation, qui fait face à une vague de contestation interne.

« Je vais être très clair, je ne suis ni un opportuniste ni un suiveur, je ne me dirige pas où va le vent. Vous me connaissez toutes et tous et vous savez à quel point ma mission dans mon pays se résume à consacrer tout mon temps et toute mon énergie à contribuer, à mon modeste niveau, à élever notre cher pays au rang qu’il mérite », écrit le patron de Macir Vie sur sa page Facebook.

Hakim Soufi poursuit en affirmant qu’il reste au FCE, en dépit de la contestation interne qui gagne l’organisation patronale, dans un contexte politique marqué par une forte mobilisation de la population contre le 5e mandat. Hier vendredi, des millions d’Algériens ont marché dans tout le pays contre la candidature de Bouteflika pour un nouveau mandat. Le président du FCE Ali Haddad a annoncé à plusieurs reprises son soutien au 5e mandat.

« Je n’ai rien à prouver en termes de patriotisme et mon amour pour mon pays se traduit par un travail acharné et sans relâche pour améliorer les choses. Je ne démissionnerai pas par opportunisme, car ce forum, pour lequel j’ai beaucoup donné, m’a, après tout, accueilli et permis de faire avancer les choses dans le domaine des assurances et pas seulement. J’insiste sur le fait qu’il existe au sein du forum des gens intègres et patriotes, et je ne peux accepter les généralisations et la stigmatisation systématiques », justifie M. Soufi.

Le patron de Macir Vie donne un autre argument pour expliquer sa décision de ne pas quitter le FCE. « Je ne démissionnerai pas car il y a du chemin à faire et que ce forum n’appartient à personne, il est d’abord et avant tout une force de propositions importante, je me battrai pour que nos jeunes entrepreneurs y adhèrent, pour qu’il soit complètement apolitique, qu’il se dédie à sa mission originelle, et qu’il puisse fédérer tous les chefs d’entreprises qui activent souvent dans des conditions difficiles, mais constituent le socle de notre économie. Notre patrie a besoin de toutes ses forces vives, de tous ses enfants, et j’en fais partie. »

Ce samedi, Laid Benamor a annoncé sa décision de démissionner de son poste de vice-président de FCE, et Hassan Khelifati a décidé de geler son appartenance.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close