search-form-close
L’Algérie parmi les pays les moins innovants au monde

L’Algérie parmi les pays les moins innovants au monde

L’Algérie s’est placée à la 108e position (sur 127) de l’Indice global d’innovation (Global Innovation Index), un classement mondial des pays selon leurs capacités et résultats d’innovation économique publié chaque année par l’université américaine Cornell, l’Institut européen d’administration des affaires (INSEAD) et l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (WIPO), organisme onusien.

Le Global Innovation Index (GII) aspire à « comprendre dans le détail les aspects humains derrière l’innovation » et à « reconnaître le rôle clé de l’innovation comme moteur de la croissance et prospérité économiques ». Pour ce faire, le GII se base sur « des indicateurs allant au-delà des mesures traditionnelles de l’innovation telles que le niveau de recherche et développement ».

Avec sa 108e place, résultat d’un score famélique de 24,3 sur 100, l’Algérie se place dans le bas du classement en compagnie de pays tels que le Mozambique (107e), le Népal (109e) ou encore Madagascar (111e). L’Algérie est en outre largement derrière ses voisins du Maghreb, le Maroc et la Tunisie occupent respectivement les 72e et 74e places du classement.

La Suisse prend la première place de l’Indice global d’innovation, accompagnée au podium par la Suède et les Pays-Bas. Les États-Unis occupent la 4e place du classement, tandis que l’Allemagne se place 9e et la France 15e. Le Togo, la Guinée et enfin le Yémen (127e) occupent quant à eux les dernières places du classement des pays selon leurs capacités d’innovation.

Dans le détail, l’Algérie est épinglée dans pratiquement tous les domaines. Elle se place 111en termes de stabilité et sécurité politique, 111e en termes d’État de droit, et termine à une abyssale 125e place en termes de qualité de la réglementation. Dans la même veine, l’Algérie finit à la 124e place en termes de facilité à obtenir un crédit et à la 106place en termes de facilité à démarrer une entreprise.

L’Algérie occupe également la 122e place du classement selon la sophistication du marché, la 124e place dans la transmission du savoir et occupe la 124e place en termes de facilité dans la protection des investisseurs minoritaires. Dans l’un des rares points relativement positifs, l’Algérie occupe la 79e position en termes d’infrastructures, bien que là aussi l’Algérie soit épinglée avec une 113e dans les technologies de l’information et de la communication (ICT).

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close