search-form-close
  • Brent: $62,15-0,85%
  • Taux de change: 1 € = 134,84 DZD (Officiel), 204,50 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

L’Algérie veut se doter d’un data center de dimension mondiale pour attirer les GAFA

Le Conseil de participation de l’État(CPE) a donné son accord la semaine passée pour la mise en place d’un câble sous-marin de fibre optique et d’un data center pour améliorer la qualité de service internet en Algérie. L’annonce a été faite, ce mardi 17 octobre, par Houda Imane Faraoun, ministre de la Poste, des Technologies de l’information et de la communication, invitée de la rédaction de la chaîne III de la Radio nationale.

« Pour le data centrer, le partenaire technologique est un opérateur de télécommunication de Hong Kong. Il est parmi les meilleurs au monde avec une présence dans plus de 3000 villes dans 150 pays. Il offre des services d’hébergement, de la vidéo en ligne, des services à valeur ajoutée etc. Au lieu d’être uniquement des partenaires, nous lui avons proposé d’être présent avec nous en créant une joint-venture avec le groupe Algérie Télécom pour mettre en place un data center d’une dimension internationale. Il y a un pacte des actionnaires qui va être mis en place. On est en train de négocier pour éviter qu’il ait des clauses au désavantage de l’économie nationale », a annoncé la ministre.

Selon la ministre, le data center pourrait être installé à Lakhdaria, dans la wilaya de Bouira, à côté du hub satellitaire des télécommunications.

La ministre a expliqué que l’une des finalités stratégiques du data center est d’attirer les grands opérateurs tels qu’Amazon, Facebook, Google et Youtube « pour qu’ils viennent héberger leurs données en Algérie ».

« Cela leur coûtera moins cher parce que le fonctionnement d’un data center en Algérie signifie une main d’œuvre et une énergie électrique pas chères. Cela sera très rentable pour notre entreprise », a-t-elle expliqué.

La ministre a parlé du câble de fibre optique Orval qui sera bientôt fonctionnel une fois les procédures administratives avec l’Espagne achevèes.  « Pour les capacités du débit à l’international, l’Algérie est relativement peu dotée. Ce que nous avons est insuffisant pour les besoins actuels. Il y a un projet pour se raccorder à une infrastructure immense qui traverse le monde à partir des Amériques et jusqu’en Asie Orientale et qui passe pas très loin de chez nous. C’est un projet dont la mise en œuvre prendra quelques semaines. Il sera réalisé en partenariat avec les propriétaires du câble. Le CPE a donné son accord à ce partenariat. Il sera concrétisé dès la signature du pacte des actionnaires. Les dernières négociations sont en cours », a-t-elle précisé.

Assainissement du réseau urbain

Pour améliorer l’accès au web, la ministre a parlé de deux projets qui seront menés en parallèle : l’assainissement du réseau urbain de l’internet et l’installation du FTTx (Fibre optique à domicile pour avoir le très haut débit).

« Le délais pour l’assainissement du réseau urbain de l’internet, c’est la fin 2018. Dans certains quartiers, le réseau internet est complètement à refaire », a-t-elle dit.  « Le client peut demander à Algérie Télécom de le rembourser lorsque la coupure internet est liée à un dysfonctionnement. Algérie Télécom peut accorder une journée gratuite d’accès à internet en cas d’une coupure d’une journée. Je reconnais qu’au niveau des Actel (agences commerciales), on ne répond pas toujours au client. Il faut former les travailleurs qui sont aux guichets au marketing et au service après-vente. Nous avons une pléthore de salariés à Algérie Télécom mais qui ne sont pas forcément formés pour servir aux guichets », a reconnu la ministre.

Enfin, elle a annoncé que l’ouverture du capital d’Algérie Télécom et Mobilis n’était pas à l’ordre du jour. « Ce n’est pas rentable, ce n’est pas utile. Et surtout, pour l’opérateur historique, c’est la souveraineté de l’État sur les télécommunications. L’État maintient sa souveraineté sur les infrastructures essentielles des télécommunications », a-t-elle dit.

 

close
close