search-form-close
L’Algérie vise une production de 200 milliards de m3 de gaz dans 5 ans

L’Algérie vise une production de 200 milliards de m3 de gaz dans 5 ans

L’Algérie vise une production de 200 milliards de m3 de gaz naturel par an dans un délai de 5 ans, a indiqué ce lundi le ministre de l’Énergie et des mines, Mohamed Arkab.

« La stratégie de l’État est d’augmenter la production d’énergie, notamment le gaz naturel. Dans le cadre de la loi sur les hydrocarbures, nous avons signé de nombreux contrats de partenariat avec de grandes entreprises internationales. Ces entreprises vont investir avec nous dans le domaine des hydrocarbures en Algérie pour nous permettre de doubler notre production de gaz naturel. L’objectif est d’arriver dans les plus brefs délais, c’est-à-dire cinq ans, est de produire 200 milliards de m3 par an de gaz naturel », a-t-il dit.

En 2022, l’Algérie a produit 99,2 milliards de m3 de gaz, dont la moitié est exportée, l’autre est destinée au marché domestique. En décembre 2022, lors de la Foire de la production nationale, le président Abdelmadjid Tebboune a exprimé son souhait de voir la production algérienne de gaz doubler pour réserver 100 milliards de m3 à l’exportation.

L’Algérie ambitionne de devenir un acteur mondial sur le marché du gaz et cherche à sortir de sa forte dépendance aux marchés du Sud de l’Europe, en développant ses exportations de gaz.

La production algérienne de gaz a « atteint un sommet historique en 2023 »

Dans son dernier rapport sur l’économie algérienne publié le 22 mai, la Banque mondiale a écrit que la production de gaz naturel en Algérie a atteint un « sommet historique » en 2023 et la « hausse des exportations de gaz naturel liquéfié (GNL) a compensé la baisse des exportations par gazoduc. »

Selon le rapport, la production algérienne de gaz naturel a « augmenté de 6,1 % en glissement annuel en 2023 », et ce, après une baisse en 2022 à cause d’un hiver le « plus doux jamais enregistré » en Europe, qui est le principal débouché du gaz algérien.

Cette hausse de la production de gaz a été « soutenue par une croissance rapide de la production de nouveaux champs au cours du second semestre », selon la Banque mondiale, qui souligne la stabilité des exportations algériennes, malgré la hausse de la consommation intérieure de cette énergie dans un « contexte de dynamisme industriel ».

« Une plus grande part a été exportée sous forme de GNL, ce qui a compensé la baisse des exportations par pipeline », révèle encore la Banque mondiale.

La production algérienne de gaz qui est passée de 99,2 milliards de m3 en 2022 à 105 milliards de m3 en 2023, devrait atteindre et augmenter à 116,6 milliards en 2024, puis à 118,4 milliards en 2025 et à 125 milliards de m3 en 2026, selon les prévisions de la Banque mondiale.

SUR LE MÊME SUJET :

Maroc : les prix du gaz butane, un produit largement utilisé, s’envolent

  • Les derniers articles

close