search-form-close
Le FFS dénonce « une cabale judiciaire » contre ses militants jugés jeudi à Ghardaïa

Le FFS dénonce « une cabale judiciaire » contre ses militants jugés jeudi à Ghardaïa

Le FFS a dénoncé, ce mercredi, ce qu’il qualifie de « cabale judiciaire » contre ses militants de Ghardaïa dont certains comparaîtront ce jeudi devant le tribunal criminel de la ville.

Le FFS « dénonce avec la plus grande vigueur cette cabale judiciaire contre ses militants de Ghardaïa et met en garde contre toute pression, d’où qu’elle vienne, pour empêcher la justice d’exercer ses missions en toute indépendance », écrit le parti dans un communiqué rendu public. Il exige « l’arrêt immédiat des poursuites judiciaires et la levée de toutes les mesures visant à astreindre la liberté de ses militants ».

Le Secrétaire national du FFS chargé de la solidarité, Mosbah Hamou, des membres du conseil national, des cadres de la Fédération de Ghardaïa et des militants de la société civile comparaîtront devant le tribunal criminel de Ghardaïa, jeudi 18 janvier, pour répondre aux accusations de constitution « d’association de malfaiteurs dans le but de renverser le régime » et « l’incitation des citoyens à prendre les armes contre l’autorité de l’État » ainsi que « l’atteinte à l’intégrité territoriale du pays ».

« Ces militants qui ont contribué activement à ramener le calme et à la recherche d’une solution pacifique et durable à la crise qui a ensanglanté cette région du pays n’ont jamais dérogé à la lutte pacifique dans le cadre légal. Ils seront jugés sur la base d’un dossier monté de toutes pièces par les services de sécurité », accuse le FFS qui se demande s’il est « raisonnable que la justice poursuive des militants de notre parti pour des chefs d’inculpation aussi graves ? ».

Outre ces militants et ceux de la société civile, un des avocats de la défense, Me Noureddine Ahmine, est également poursuivi pour « outrage à corps constitué » et « présentation de fausses preuves concernant un crime ».

Pour soutenir leurs camarades, une forte délégation comprenant des membres de l’instance présidentielle, le Premier secrétaire, le chef du groupe parlementaire, des membres du secrétariat national, des parlementaires, des élus et des cadres du FFS assisteront à ce procès. Un important collectif d’avocats a été mobilisé pour assurer leur défense.

close