search-form-close
Le message sibyllin de Bouteflika aux enseignants et aux médecins résidents

Le message sibyllin de Bouteflika aux enseignants et aux médecins résidents

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika n’a pas raté l’occasion de la célébration du double anniversaire de la création de l’UGTA et de la nationalisation des hydrocarbures pour adresser un message très sibyllin à l’encontre des médecins-résidents et aux enseignants grévistes qui sont en train de donner du fil à retordre à l’exécutif incapable d’apporter des réponses à leurs doléances.

 « La diversification et la compétitivité de l’économie constituent un impératif devenu plus crucial dans le contexte de crise pétrolière que nous traversons. Nous ne pourrons le concrétiser sans la mobilisation résolue de toutes nos forces vives, de l’ensemble des travailleurs et des cadres, des femmes et des hommes qui font la force de notre pays. À ce prix, nous vaincrons les difficultés et poursuivrons notre marche vers le progrès. Je n’ai jamais douté un seul instant de la disponibilité de tous pour relever ce défi », écrit le président dans son message de d’exhorter les travailleurs à « observer leurs devoirs ».

« J’encourage, dans ce sens, les travailleurs à veiller à ce que la défense légitime et vigilante de leurs droits aille de pair avec l’observation effective et régulière de leurs devoirs et obligations, dans cette phase si cruciale du développement national », ajoute le président en suggérant en filigrane la sensibilité du contexte et la situation de crise que traverse le pays.

Bouteflika qui juge inévitable la diversité de l’économie invite le gouvernement à la « rigueur et à la moralisation », un aveu par certains égards de l’étendue du gaspillage et de la corruption. « Le développement, tel que nous le concevons, n’a de sens que s’il vise à améliorer les conditions de vie des citoyens à travers l’ensemble du territoire national, notamment les créateurs de richesse, c’est-à-dire les travailleurs dans toute leur diversité. L’étendue de notre territoire, qui est un avantage certain, nous impose une politique de développement  inventive, soucieuse de justice sociale qu’il nous revient aujourd’hui de mener dans une situation exceptionnelle où la diversification de notre économie, dans un contexte de crise, impose rigueur et moralisation de la gouvernance », note le texte.

« J’accorde une grande attention à ces questions stratégiques », ajoute le président. Même s’il considère que l’Algérie dispose de « marges de manœuvres », en invitant toutefois le gouvernement à « agir en profondeur sur la gouvernance économique des structures de l’État et des entreprises publiques (…) », à « chercher des niches d’économie », à des réformes plus audacieuses, à promouvoir la transition énergétique et à développer certains secteurs, le président plaide une « forme de patriotisme » et un surcroît d’efforts.

 « J’ai personnellement saisi cette occasion, aujourd’hui, pour partager avec vous mes convictions et mes ambitions pour le développement économique et social de notre pays, des ambitions qui sont réellement à la portée de l’Algérie, à votre portée, mes chers compatriotes, pour autant que nous nous attelions encore et toujours à l’effort, à la construction et même parfois au sacrifice avec cette détermination reconnue à notre peuple, une détermination qui lui a, à chaque fois, permis de transcender les épreuves, comme ce fut le cas récemment face à la tragédie nationale ».

« Soyons donc, aujourd’hui encore, à la hauteur des enjeux et des défis. C’est là, sans doute, le meilleur hommage que nous pouvons rendre à ceux qui se sont sacrifiés pour notre indépendance et pour la sauvegarde de notre pays », souligne le texte.

close