search-form-close
  • Brent: $57,71-0,26%
  • Taux de change: 1 € = 134,35 DZD (Officiel), 204 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

L’énigme Ahmed Ouyahia

Sidali Djarboub / NEWPRESS

Depuis son retour aux affaires, il ne laisse personne indifférent. À la tête du gouvernement depuis le 15 août, Ahmed Ouyahia multiplie les sorties et les déclarations, avec une préférence pour les sujets clivants. Dans ses déclarations, il souffle le chaud et le froid et se positionne sur des questions politiques qui ne relèvent pas forcément de ses prérogatives de Premier ministre.

« Le commis de l’État » ne veut plus être un trois-quart de Premier ministre et il le fait savoir.

Tout en réitérant régulièrement son soutien absolu au chef de l’État, Ouyahia semble vouloir donner une nouvelle image de lui, celle de l’homme politique qui décide et qui tranche, dans une tentative d’effacer celle de « l’homme des sales besognes ». Une démarche qui n’est pas sans risque, surtout dans le contexte actuel.

À peine nommé, il a été rappelé à l’ordre  

Le 21 septembre à l’APN, le Premier ministre prend la parole pour répondre aux députés au terme des débats sur le plan d’action du gouvernement. Ouyahia s’attaque violemment à l’opposition « radicale ». Ses principales cibles : le FFS et le RCD et le MSP. Ses arguments pour justifier une telle attaque : défendre le pouvoir accusé par les partis concernés de « mafieux » et de « voyou ». On a rarement vu Ouyahia s’emporter publiquement de la sorte. Le Premier ministre semblait perdre son sang-froid.

| LIRE AUSSI : Attaques d’Ouyahia contre l’opposition : diversion ou signe de panique au sommet ?

En tenant des propos aussi violents à l’égard de ces partis, Ouyahia s’inscrivait en porte à faux avec les tentatives du pouvoir de calmer l’opposition essentiellement à la veille des joutes électorales. Le pouvoir a tout fait pour convaincre la majorité des partis de prendre part aux élections. Et beaucoup de partis ont accepté de jouer le jeu, même s’ils savent que les jeux sont faits d’avance.

Mieux : l’été dernier, lors de la nomination de Tebboune, il a été question d’ouvrir un dialogue avec l’opposition. Un appel au dialogue, réitéré le 6 septembre dernier par le chef de l’État lors du premier conseil des ministres avec le gouvernement Ouyahia.

« Il appartient donc à chacun de nous, par de-là tout clivage, y compris politique, de s’associer à la préservation de l’indépendance économique et financière du pays par l’adhésion aux réformes et aux efforts que cela requiert », affirmait le chef de l’État, selon le communiqué du Conseil des ministres. En période de crise, le pouvoir n’a pas besoin d’ouvrir un nouveau front avec l’opposition. Or, c’est un peu ce que venait de faire Ouyahia au Parlement.

Ouyahia est rappelé aussitôt à l’ordre par la Présidence, dans un scénario qui nous rappelle étrangement l’épisode Tebboune. Le changement dans le ton est tout simplement extraordinaire. Le 28 septembre, au Sénat, le même Premier ministre invite l’opposition au dialogue et décrit les débats contradictoires au Parlement comme un signe de vigueur démocratique dans notre pays.

| LIRE AUSSI : Ouyahia calme le jeu avec l’opposition, veut rassurer les Algériens

L’autre reproche qui a été faite à Ouyahia concerne ses attaques contre Boukrouh. Pour la Présidence, ces attaques renforcent l’image d’opposant de Boukrouh et alimente de fait le débat sur la santé du chef de l’État et sa capacité à diriger, principal sujet développé par le fondateur du PRA dans ses interventions.

| LIRE AUSSI : Présidence : la solitude de Bouteflika

Là encore, Ouyahia a reculé. Après l’avoir menacé de recourir à la justice par le biais de son porte-parole au RND Chihab Seddik, Ouyahia a calmé le jeu à l’APN sous prétexte que ce genre d’action fera de Boukrouh « une victime ».

Les raisons « du chaos » ?

De l’Algérie, le Premier ministre Ouyahia projette depuis son retour l’image « d’un pays en faillite », même s’il prétend le contraire. En déclarant aux sénateurs que sans la planche à billets, l’État n’aurait été pas en mesure de payer les indemnités de novembre des parlementaires, le Premier ministre venait de déclarer tout bonnement la « faillite de l’État ».

Pourquoi a-t-il tenu ce discours ? Ouyahia s’est présenté au Parlement sans pression et de surcroît avec toutes les garanties politiques possibles et envisageables. Il n’avait aucune crainte de voir son plan rejeté ou par miracle de voir la majorité signer une motion de censure contre son gouvernement. La mise en place de la planche à billets était acquise : une simple formalité qui sera expédiée en moins de « 15 jours », selon les volontés exprimées par le Premier ministre.

| LIRE AUSSI : Ahmed Ouyahia face à un difficile défi budgétaire

Dans ce contexte, il aurait bien pu mener son discours sur le thème des « perspectives et réalisations de l’économie nationale » cher au pouvoir, en évoquant des difficultés passagères. Mais Ouyahia fait un tout autre choix. En évoquant publiquement ces difficultés financières, Ouyahia venait d’acteur l’échec de près de 20 ans de gestion du président Bouteflika. Il a donné par la même occasion de solides arguments à l’opposition pour critiquer la gestion du chef de l’État, créant un véritable malaise au sommet.

Hier, dans une démarche inhabituelle, le ministère des Finances a rendu publiques les données financières du pays pour deux périodes : jusqu’à la fin mai 2017 et jusqu’à la fin mai 2018. La première période correspond clairement à la gestion Sellal. Les deux tableaux montrent clairement que l’Algérie n’a jamais été en situation de faillite. Le message est clair : Ouyahia a noirci le tableau.

Quelle mission pour Ouyahia ?

De tels détails auraient-ils pu échapper à Ouyahia ? Peu probable. Tout comme l’annonce, dimanche depuis Arzew, de l’ouverture du dossier gaz de schiste risque de créer des tensions dans les régions concernées par l’exploitation, notamment In Salah. Pire, Ouyahia reproduit les erreurs de l’ancien ministre de l’Énergie, Youcef Yousfi, en ordonnant à Sonatrach d’investir avant d’entamer les discussions avec la population locale. Des erreurs qui avaient coûté son poste au concerné.

Aujourd’hui, une question se pose : Ouyahia travaille-t-il sous les ordres de Bouteflika ? Depuis son retour aux affaires, Ouyahia semble opter pour une démarche très ambiguë. Parfois, il donne l’impression d’un homme qui a hérité d’un poste dont il ne voulait pas. Parfois, celle d’un Premier ministre qui a un objectif bien précis qu’il cherche à atteindre.

| LIRE AUSSI : Communication gouvernementale : la méthode Ouyahia

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis (57)

    • Mokhtardz

      Mokhtardz

      Ouyahia est un commis de l’état. Fidèle nationaliste. On l’a recadré( comme ils ont appris à le dire en copiant les francais) pour lui dire de dresser un tableau moins désespéré de la situation. Pour effacer leur responsabilité de cette faillite. Et l’opposition a mordu dans l’hameçon. Au lieu d’accabler ce pouvoir et ses suppôts apn sénat à majorité FLN RND taj mpa,de cette faillite,cette opposition rognent les os que Ouyzhia leur tend; planche à billets,gaz de shit,licences…

    • koire

      koire

      Ouyahia peut mediter ces citations! A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire

      Les dictatures fomentent l’oppression, la servilité et la cruauté ; mais le plus abominable est qu’elles fomentent l’idiotie. »
      de Jorge Luis Borges(citation)

      « Le drame des dictatures, c’est qu’elles donnent toute licence aux malades mentaux, aux mégalomanes, aux méchants, aux malhonnêtes gens d’aller jusqu’au bout de leur folie, de leur mégalomanie, de leur méchanceté, de leur malhonnêteté. »citation.

      George Orwell écrivait « Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traitres n’est pas victime! il est complice. » Tout est dit rien a rajouter, surtout si ce peuple croit tout ce que raconte ce pouvoir illegitime, voila ce qui engendre notre perte nous les musulmans , c’ est de croire en l’ absent et de croire en n’ importe qui .

    • BIGMASTER

      BIGMASTER

      Le problème est plus profond que ça. Depuis le démantèlement du DRS, l’état ne sait plus ce qui se passe au niveau des institutions et des couches sociales, le pays est dirigé sans les renseignements et sans le contre-espionnage. Conséquence, absence de vision claire et réaliste au sommet de l’état. Raison pour laquelle, on joue le chaud et le froid, on parle de désastre et d’espoir … Le pire dans tout ça, c’est que la conjoncture est périlleuse en d’autres termes, nous sommes comme cet aveugle qui ne sait plus où il est dans une forêt pleine de mines … Pauvre Algérie

      • perspicace

        perspicace

        BIGMASTER. Ce pseudo fait peur, surtout quand il est associé subliminalement au sigle DRS; je plaisante! Il est tort de croire qu’un état puisse se passer d’un service de renseignement ou de contre espionnage surtout s’il s’agit de l’Algérie qui est à la croisée à la croisée des chemins et pense s’engager sur un chemin non pas qu’elle a choisi mais contrainte car lasse d’être toujours dans l’expectative. Il n’y a pas de démantèlement du DRS, mais je crois un nouveau sang qui accompagne de nouveaux choix stratégiques comme par exemple l’exploitation du gaz de schiste qui en est un des signes révélateurs et cela fait beaucoup de mécontents, ici et ailleurs et c’est pourquoi, ils essaient d’infléchir cette nouvelle stratégie. D’ où ce grand tapage médiatique amplifié par les réseaux internet.

    • bouzegzi

      bouzegzi

      El hadj El Anka a dit: eli magyoud may guid, maiched el magyed – (ouel fahem yafhem)

      • Agendouze

        Agendouze

        El Anka a dit aussi “Iyehsbou koulchi khfif ghir adji wezdem”.

    • Zaggat

      Zaggat

      Ahmed Ouyahia est un serviteur, il sert les autres, mais il ne se sert pas.
      Il ne sera jamais Président de l’Algérie.
      Je le vois d’ici servir comme Premier ministre pour Belkhadem qu’il encensera comme il a encensé tous ceux qui a servi avec zèle.
      Ouyahia est un Algérien typique, dans son comportement, DAYMEN M3A EL WAGUEF ET TOUJOURS VIVE EL WAGUEF.

      • Monferratus

        Monferratus

        Maintenant la donne a changé. Dayem maa el guaed.

      • perspicace

        perspicace

        Zaggat. Merci de nous rappeler Belkhadem, on l’avait oublié. Les forces qui peuvent remmener Belkhadem président lui trancheraient la tête au lendemain de son investiture; ils n’auront plus besoin de lui, il a un boulet qui le rattache à la masse FLN qui sera sacrifiée sur l’autel du nettoyage islamiste. Que les prochains sacrifiés qui ont échappé aux faux-barrages se passent la main autour du cou, cette fois-ci c’est la bonne.

    • AiglRoyal

      AiglRoyal

      Beaucoup parmi ces cadres supérieurs sont hors champ par rapport au besoins. Une incompétence caractérisée se manifeste, chose pour ‘laquelle ils se laissent conduire comme des moutons. Si l’on rajoute l’ingrédient des compromis, la recette est complète.
      Pour cette raison, Ouy. Trouve le terrain défriché.

    • Zambo

      Zambo

      Un voyou opportuniste devient un énigme!”!!??
      L’énigme est dans ce qu’il a volé …et…ce qu’il continue à voler…!!
      L’énigme est dans ‘votre devenir.. !!

    • Agendouze

      Agendouze

      Pour ma part, je trouve que son jeu est clair. En tous cas pas une énigme. D’abord un constat: Il fait l’unanimité autour de lui – je parle, bien sûr, des gens du système – et on s’accorde à dire qu’il est l’homme de la situation. Alors il s’attaque à l’opinion et il faut dire que, parfois, il fait mouche car ses détracteurs de l'”opposition” l’aident beaucoup par leurs positions ridicules et populistes. A ce rythme, il finira par gagner à sa cause nombre d’algériens car son langage est sibyllin. En tout cas, il veux démontrer que le consensus autour de sa personne n’émane pas seulement des gens du système.

      • perspicace

        perspicace

        Agendouze. En ce temps de crise, peut-être virtuelle, il suffit à Ouyahia de tenir un langage, sibyllin en plus, pour faire gagner à sa cause, toute aussi sibylline donc, les algériens. Et si Ouyahia devenait plus explicite qu’adviendrait-il?

      • Agendouze

        Agendouze

        En effet, perspicace, la crise pourrait très bien être virtuelle et la cause de M. Ouyahia est loin d’être cernée. Qui pourrait dire avec conviction à quoi carbure cet ovni? Il y a lui bien sûr, mais nous seront les derniers, en tant que moutons, à en être informés. Bien entendu, gagner à sa cause le “ghachi” pourrait lui être utile mais jamais indispensable, en tous cas pas une condition “sine qua non”. Ce que je crois, c’est que M. Ouyahia pourrait très bien être explicite sans avoir peur des retombées. Il l’a déjà prouvé.

    • kabylokabyle

      kabylokabyle

      Faire de l’agitation stérile fait partie de son ordre de mission!!! Il pense remplir ainsi le vide sidéral laissé par l’indu occupant de la présidence. Mais qu’en est-il réellement des actions utiles ou des solutions viables? Rien que du vent!!
      A l’écouter, on a plus affaire a un disque rayé des années 70″

    • mazagran

      mazagran

      Tous les commentaires sont médiocres , aucune analyse digne de ce nom. Les insultes ne manquent pas . TSA devrait censurer certains commentaire qu’elle juge indescent.

      • OpenMind

        OpenMind

        à commencer par vous même … et on est pas mieux servi que par soi même !
        ps : le temps de la sm est MORT !!!
        réajustez votre montre !!!

      • kabylokabyle

        kabylokabyle

        On compte sur toi pour elever le niveau!!

      • Avicenne

        Avicenne

        tu as raison on se demande sur quel base TSA bloque des comptes,,, beaucoup d internautes se plaignent et elle les laisse passer des obscenités

      • AmarMed

        AmarMed

        Nous attendons avec impatience votre analyse digne de ce nom.

    • Persifleur

      Persifleur

      Pour l’ensemble de l’oeuvre de Ouyahia, de ses souteneurs et de ses sbires, pas mieux que quelques vers de l’éloquent pourfendeur de l’oligarchie de son époque, j’ai nommé Ruy Blas. A croire que nos carambouilleurs du 21ème siècle ont inspiré “prospectivement” l’auteur des Misérables.
      Ô ministres intègres !
      Conseillers vertueux ! Voilà votre façon
      De servir, serviteurs qui pillez la maison !
      Donc vous n’avez pas honte et vous choisissez l’heure
      (…)
      Donc vous n’avez ici pas d’autres intérêts
      Que remplir votre poche et vous enfuir après !
      Soyez flétris, devant votre pays qui tombe,
      Fossoyeurs qui venez le voler dans sa tombe !
      (…)
      Pour vous, pour vos plaisirs, pour vos filles de joie,
      Le peuple misérable, et qu’on pressure encor,
      À sué quatre cent trente millions d’or !
      Et ce n’est pas assez ! Et vous voulez, mes maîtres ! … –
      Ah ! J’ai honte pour vous !
      Extrait de Ruy Blas – Victor Hugo

    • Caramel

      Caramel

      Je critique tout le monde je sais mais je critique le pouvoir ,une partie du peuple mais pas mon pays. Vive l’Algérie que ça vous plaise où non.

    • Caramel

      Caramel

      Énigme? Pas d’énigme Colombo est passé, ouyahia exécute les ordres de la présidence, la présidence exécute les ordres des généraux actifs ou retraités (sauf ce qu’on a enfermé ).Le peuple exécute ouyahia,présidence et généraux. Il n’y a plus qu’un peuple soumis et une dictature. Plus de nifs depuis 62 mais beaucoup de langues.Ce n’est plus le président qui est momie,c’est toute l’Algérie alors SVP chuttt……

    • Hakimdz

      Hakimdz

      l’inaptitude et l’incompétence tâtonnent aussi dans l’énigme.Espérer que le gouvernement Ouyahia par le biais de sa planche à billets et à travers les idées de sa compétence et de son programme qui s’arrêtent au brut des hydrocarbures et dans le contexte Algérien ;espérer qu’il puisse (ce gouvernement) redécoller économiquement et financièrement ,le pays,c’est comme espérer voire Coyote rattraper un jour bip bip.

    • netzer

      netzer

      Ouyahia est le bourricot du village au milieux d’un troupeaux de hamirs qui ne savent plus ou aller et comment faire !Égares sans berger , ils mènent l’Algérie vers l’inconnue !et les moutons ne suivent plus le troupeau du bourricot qui veut leur enlever la peau qui leur reste sur les os ! yew echaab fak bikoum dégagez tous pour le bien de l’Algérie !!

    • IZUMALS

      IZUMALS

      Sa mission prendra fin avant Avril 2019, pour l’instant il n’est pas dans l’habit d’un successeur à Bouteflika.

      Selon le serment d’OUJDA, l’accession à la Magistrature suprême est interdite aux Kabyles, quelque soit leurs degré de sa soumission… !!!
      L’unique rôle attribué à ce K.D.S, est de préparer le terrain à Said Bouteflika et surveiller de près GAID Salah, qui rêve d’un retour des Chaouis aux commandes…!!!

      • Agendouze

        Agendouze

        Ce que vous dites est réducteur et est à des années lumière de la réalité.

    • raysol

      raysol

      Accepter un poste d ‘où il a été éjecté 3 fois est déjà une “prouesse” historique qui ne sera jamais égalée !
      Cet homo sapiens mérite une étude approfondie par les plus grands anthropologues de la planète.
      A t-il une conscience ? Un “coeur” ? Rougit-il ?…
      Sa suffisance, son rire narquois, ses ambivalences suscitent une admiration incomparable chez tous les Algériens…au point de le haïr comme personne d’autre.

      • leputois

        leputois

        Je dirais plutôt que c’est un homo Erectus croisé à un homo habilis et à un pithécanthrope de Java…il résiste à tout. C’est lui qu’on aurait du emmener pour contrer, Harvey, Jose, Irma et les autres…

    • ElPatron

      ElPatron

      Il dit que les caisses de l’état sont vides puis fait sortir un rapport officiel prouvant le contraire !!
      Il se moque du ghachi c’est sur ….il y a 2 énigmes , pas une :
      1-Qui lui a dit d’agir ainsi ?
      2-Pour quelles raisons ?

      • perspicace

        perspicace

        ElPatron. Tu peux jubiler ElPatron.
        1- Ce n’est pas Fafa, sois-en sûr puisque son affidé, “l’autre” que tu appelles est contre le gaz se schiste, sa brigade électronique comme tu l’as remarquée met les bouchées doubles; elle a bout de souffle aux environs de 23h-minuit.
        2-Pardi, mais on commence à lorgner ailleurs. Le vent du nord n’apporte rien, toujours du bla bla, du vent quoi. Mais le vent de l’ouest ramène les nuages gorgés d’eau.Ah s’il n’y avait pas les montagnes de l’Anti-atlas et du Haut-Atlas qui bloquent ces nuages. Mais avec les changements “climatiques”, on peut espérer mieux car on suffoque de chaleur.

      • ElPatron

        ElPatron

        @perspicace
        Leurs horaires de travail se terminent à minuit lol

    • Fouroulou

      Fouroulou

      Quant est ce que les Algériens vont comprendre que le régime est à leur image et rien de plus … !!! Le pouvoir est une tare, ce “peuple” n’est pas un cadeau non plus. Je suis pas sûr que nous soyons capables de nous tolérer les uns, les autres. Peut-être me trompe je ?

      • AmarMed

        AmarMed

        Tu te trompe énormément. Le peuple et en tête toi “fouroulou” est victime des tenants du pouvoir. On peut comprendre d’après ce que tu a écrit qu’il n’y a que toi qui es intelligent alors qu’il se peut que tu es le moins intelligent de tous.

      • Fouroulou

        Fouroulou

        J’ai dis Algériens, je suis Algérien, donc moi compris … J’ai dis “que nous soyons …”, donc encore une fois je suis compris dedans. Oui, le peuple est victime de ce régime mais ce régime est issu du même peuple donc par conséquent nous sommes victimes de nous même !Nous sommes une nation récente et, à l’instar de toutes les nations jeunes, nous tatonnons. J’allais dire que c’est une histoire de temps, rien est perdu et avec le temps les meilleurs d’entre nous construirons une nation cohérente avec elle même. Il ne faut être trop sévère avec ce pays. Eh oui, aujourd’hui, j’ai envie d’être optimiste.

    • elmountasir

      elmountasir

      Dit d’une autre manière , quelle est l’utilité des PCD au moment où il affirme qu’il n’ya pas d’argent pour rémunérer les fonctionnaires ?Paradoxe étrange !Ouyahia s’est trahi lui-même sans se rendre compte.3)Pour répondre à un intervenant, il faut laisser un peu l’idée saugrenue du régionalisme, il n’ya pas que Benachenhou qui critique Bouteflika, il y’a eu avant lui le général de la marine Benyelles qui a lui aussi fustigé le régime et a préféré démissionner et puis le citoyen lambda de Tlemcen n’a rien à foutre de Bouteflika. Laissez tomber, svp, cette histoire de régionalisme qui ne sert aucunement les algériens.

    • elmountasir

      elmountasir

      )Une question se pose qui est réellement derrière la nomination de Ouyahia ?N’a-t- elle pas été imposée contre le gré du son frère du président(France ?) .Ouyahia n’a jamais gobé ni le président ni son frère même s’il déclare le contraire,pour preuve les propos tenus à un diplomate étranger en poste à Alger sur un éventuel putsch à la BEN ALI comme en Tunisie, révélé par ‘’mondafrique’’.2)Moi ,je soutiens l’idée de TSA dans cet article : l’Algérie ne manque pas d’argent comme on l’affirme ( Ouyahia soutenu par un ramassis de larbins et de rastaquouères que sont certains journalistes en Algérie). Sinon d’où va-t-il sortir les 100 milliards de DA –comme il l’a déclaré il y’a quelques jours- qu’il veut consacrer aux PCD cette année alors que le montant prévu dans la loi de finances est de 35 ?

    • Carabine

      Carabine

      Je rigole bien quand je lis cette déclaration de la part de TSA “Ouyahia est rappelé aussitôt à l’ordre par la Présidence” . je le dis et je le redis Ouyahia c’est lui la Présidence !! Il ne faut pas avoir une mémoire courte; vous vous rappeler de rappel d’ordre par la Présidence à Tebboune ??

    • GUERRIER

      GUERRIER

      Mr le premier commis du clan d’oujda est une copie conforme d’un charlatan des marches populaire avec la parole il a toute les solutions aux souffrants,mais avec les actes il n’est meme pas capable de soulager un ruhme de foin,si il etait un animal je dirais qu’il ressemble a un crocodile,gande gueule et petits bras fort en braconage et devore les cadavres

      • perspicace

        perspicace

        leputois. Attention, tu es entrain de t’insulter! Le putois et le blaireau sont de la même famille des mustélidés. Blaireau, ça veut dire aussi quelqu’un qui a de l’intuition. Ouyahia a flairé son heure. De la France, il n’attend rien. La France, c’est du bla bla depuis des décennies. L’Algérie est devenue trop grande pour la France elle-même en crise. L’Algérie est assez complexe pour la France. La France veut tout, la chose et son contraire. Le Maroc et l’Algérie en même temps, elle n’a pas su faire un choix stratégique, et c’est difficile. Mais l’Algérie ne peut l’attendre indéfiniment, on est en crise. L’option pour l’Algérie est ailleurs. Le choix du gaz du schiste est un signal fort à la France et à l’Europe: vous ne pouvez pas nous aider! Déjà les allemands sont venus avec le projet Desertec pour dire : Si on peut vous aider. Mais le blaireau Ouyahia l’a senti; c’est du vent! Adressez -vous au Maroc, il a autant de soleil.

    • ElPatron

      ElPatron

      Non seulement il parle trop mais il plaide pour des politiques contraires à ses propres convictions avec ….conviction.

    • AmarMed

      AmarMed

      Ahmed Ouyahia est imposé comme premier ministre par quelques militaires qui sont les vrais décideurs. Il ne mérite même pas d’être président d’une petite commune. quand je l’entends parler des vagues de nausées me montent à la gorge.

    • pasencoretard

      pasencoretard

      “Ouyahia est rappelé aussitôt à l’ordre par la Présidence” je souris quand je lis cette phrase.Mais y a t il une présidence avec un président malade au plus haut point. Quels dossiers peut il suivre dans un tel état.Dans les faits la Présidence est squattée ; il y a comme un coup d Etat avant la lettre : la seule différence avec un coup d état c est que le président est consentant.

      • bassim

        bassim

        C’est pour ça qu’ils écrivent “la présidence” au lieu de “le président”.
        La présidence c’est la famille.

      • Namara

        Namara

        Quant ils disent la présidence, il faut comprendre qu’il s’agit du duo Saîd Bouteflika et Gaïd Salah. Ces deux énergumènes squattent aujourd’hui la présidence et veulent le koursi en 2019 quelles que soient les suites résultantes.

    • bassim

      bassim

      “Les deux tableaux montrent clairement que l’Algérie n’a jamais été en situation de faillite”
      @TSA, je voudrais bien savoir ce qui vous permet de conclure ça.
      L’algérie est en faillite parceque ces recettes habituelles n’arrivent plus à payer ces dépenses courantes. Avant, ça pouvait être compensé par le FRR maintenant ce n’est plus possible.
      L’algérie vit tout simplement au dessus de ses moyens.

    • pasencoretard

      pasencoretard

      Je vous propose de relire l excellent article de Mourad Benachenou ancien ministre paru cette semaine sur El Watan: C est rare qu un ancien ministre – de Tlemcen de surcroit – se démarque politiquement du pouvoir: en résumé le règne de Boutef s avère donc être un échec et plutôt que d endosser la responsabilité et de se faire tout petit le régime promet une solution a la faillite en terrorisant la population.

  • À la une

    Communiqué. Non à la censure de TSA

    Les éditeurs de 16 médias électroniques algériens se sont réunis ce dimanche 22 octobre 2017.…

    Les éditeurs de 16 médias électroniques algériens se sont réunis ce dimanche 22 octobre 2017. Ils ont adopté le communiqué suivant :

    Le blocage de l’accès au site électronique TSA…

  • L'Actualité en temps réel

  • International

close
close