search-form-close
L’incroyable mésaventure vécue par des étudiantes de l’École de commerce de Koléa

L’incroyable mésaventure vécue par des étudiantes de l’École de commerce de Koléa

Des étudiantes de l’École supérieure de commerce de Kolea dans la wilaya de Tipaza ont vécu l’horreur hier samedi en fin de journée. Tout a commencé vers 18h00 à la station Tafourah à Alger-centre. Un groupe d’étudiants et d’étudiantes s’installent dans un bus de transport universitaire, pour rejoindre le pôle universitaire de Koléa.

Changement d’itinéraire

Mais le chauffeur avait un autre plan. Après avoir déposé les garçons devant leur cité universitaire, il a pris une autre direction que celle menant au lieu d’hébergement des filles.

À la tombée de la nuit, les étudiantes, inquiètes, commençaient à se douter des intentions du conducteur. « J’étais assise devant le chauffeur. Il n’était pas dans son état normal. Il roulait à toute vitesse. On criait fort pour attirer son intention sur le fait qu’il n’était pas sur le bon chemin. Mais sans succès. Agacé par nos protestations, il a pris le téléphone et a commencé à parler à d’autres personnes pour leur annoncer qu’il venait avec 50 jeunes filles et qu’il a tenu parole », raconte une étudiante, venu ce dimanche matin, pour prendre part à un rassemblement de protestation devant leur école à Koléa.

Les appels passés par le chauffeur ont fini par provoquer une panique indescriptible à l’intérieur du bus. « Quand nous avons entendu cette conversation téléphonique, nous avons eu très peur. Certaines ont paniqué et ont sauté par les fenêtres. D’autres se sont jeté sur le chauffeur pour tenter de prendre le contrôle du bus. Mais le chauffeur est devenu agressif », poursuit-elle.

Révolte

La révolte des étudiantes a fini par dissuader le chauffeur fou d’aller jusqu’au bout de son plan. « Il s’est arrêté non loin de la gendarmerie nationale. Certainement qu’il ne voulait pas prendre le risque de passer devant la gendarmerie, avec un bus plein d’étudiantes qui criaient et sautaient. Nous étions soulagées », raconte une autre étudiante, toujours sous le choc.

« Nous sommes un groupe d’étudiantes originaires des quatre coins de l’Algérie. Nous sommes venues à Koléa pour étudier les sciences commerciales. Nous sommes censées être protégées et en sécurité, mais après ce qu’il s’est passé hier, nous avons désormais peur de prendre les transports », affirme l’une des étudiantes qui a vécu une fin de journée digne d’un film d’horreur.

En signe de protestation et pour réclamer des poursuites contre le chauffeur, les étudiants de l’ESC de Koléa ont observé ce matin un rassemblement. Elles ont fait un long rapport sur ce qu’il s’est passé à la direction de leur école pour réclamer des sanctions. Le chauffeur n’a pas été inquiété pour le moment.

close