search-form-close
  • Brent: $63,22-0,28%
  • Taux de change: 1 € = 135,89 DZD (Officiel), 208 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Mondial : Suarez fait voyager l’Uruguay en Russie

L’Uruguay a décroché mardi son billet pour le Mondial-2018 en Russie, se qualifiant directement pour la première fois depuis 1990, en battant la Bolivie 4 à 2, grâce notamment à un doublé de Luis Suarez.

Echappant ainsi à la phase de barrages, la sélection Céleste avait pourtant mal démarré son match, multipliant les occasions ratées avant que Gaston Silva marque contre son camp, à la 24e minute, face à une Bolivie déjà éliminée avant la rencontre.

Dans le mythique stade Centenario, où s’était joué le premier Mondial de football en 1930, les Uruguayens ont ensuite renversé la vapeur, grâce à un but de Martin Caceres (39e) puis un autre d’Edinson Cavani (42e).

A la mi-temps, le compteur affichait 2-1 pour l’Uruguay, déjà virtuellement qualifiée à ce moment-là.

L’attaquant du FC Barcelone Luis Suarez a ensuite apporté définitivement le sourire au public en marquant à la 60e puis à la 76e minute, confirmant ainsi son statut de marqueur historique de la sélection, avec 49 réalisations au total.

Avec 21 buts en phase de classifications sud-américaines, il est aussi au coude-à-coude avec l’Argentin Leo Messi.

Ironie du sort, les Uruguayens, très offensifs pendant tout le match, ont ensuite à nouveau marqué contre leur camp, cette fois “grâce” à leur propre capitaine Diego Godin, qui en voulant dégager de la tête a envoyé le ballon directement dans le but (79e).

Pour la rencontre, le sélectionneur Oscar Tabarez avait aligné une nouvelle génération de joueurs, dont Matias Vecino, Rodrigo Bentancur et Federico Valverde.

Mais les maîtres du terrain demeuraient Suarez et Cavani, visant le but l’un après l’autre dans une démonstration de supériorité de la sélection uruguayenne face à la Bolivie, avant-dernière du groupe avec seulement 14 points.

Sous une pluie de buts, en sa faveur mais aussi contre son camp, l’Uruguay se qualifie directement pour le Mondial, ce qui n’était pas arrivé depuis le Mondial d’Italie en 1990.

close
close