search-form-close
  • Brent: $62,15-0,85%
  • Taux de change: 1 € = 134,84 DZD (Officiel), 204,50 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Nouvelles arrestations de dignitaires en Arabie saoudite

Des dizaines de membres de la famille royale, des responsables et des dirigeants d’entreprises ont déjà été détenus dans la purge annoncée samedi. Ils font face à des allégations de blanchiment d’argent, de corruption, d’extorsion et d’exploitation de la fonction publique à des fins personnelles.

Les autorités saoudiennes ont procédé à d’autres arrestations et gelé davantage de comptes bancaires dans le cadre d’une vague de répression anti-corruption en cours contre l’élite politique et commerciale du royaume, ont indiqué mercredi des sources proches du dossier.

Des dizaines de membres de la famille royale, des responsables et des dirigeants d’entreprises ont déjà été détenus dans la purge annoncée samedi. Ils font face à des allégations de blanchiment d’argent, de corruption, d’extorsion et d’exploitation de la fonction publique à des fins personnelles.

Mais les sources, s’exprimant mercredi, ont déclaré qu’un certain nombre d’autres personnes soupçonnées d’avoir commis des actes répréhensibles ont été détenues dans le cadre d’une expansion de la répression, largement considérée comme une initiative du puissant héritier du trône, le prince héritier Mohammed bin Salman.

D’autres personnes sous surveillance sont appelées par des enquêteurs au sujet de leurs finances, mais semblent rester en liberté, a ajouté l’une des sources, ajoutant que le nombre de personnes ciblées par la répression devrait s’élever à des centaines.

Le nombre de comptes bancaires domestiques gelés à la suite de la purge est de plus de 1 700 et en hausse, contre 1 200 rapportés mardi, ont indiqué des sources bancaires.

Parmi les personnes récemment retenues figurent des personnes ayant des liens avec la famille immédiate du défunt prince héritier et le ministre de la Défense, le prince Sultan bin Abdulaziz, décédé en 2011, selon les sources.

DES ACTIONS EN BOURSE QUI DÉGRINGOLENT

D’autres semblent être des gestionnaires et des fonctionnaires de niveau inférieur, a indiqué l’une des sources. Beaucoup de Saoudiens ont acclamé la purge comme une attaque contre le vol de fonds publics par les riches, et le président américain Donald Trump a déclaré que les personnes arrêtées « trahissaient leur pays depuis des années ».

Mais certains responsables occidentaux ont exprimé leur appréhension devant les ramifications possibles de la politique secrète tribale et royale du plus grand exportateur mondial de pétrole.

Mercredi, le marché boursier saoudien a continué à chuter dans les premiers échanges en raison des inquiétudes concernant l’impact économique de sa purge anti-corruption. L’indice saoudien TASI était de 1,0 % inférieur après une demi-heure de trading. Les actions des sociétés liées aux personnes détenues dans le cadre de l’enquête ont continué de baisser.

Tard mardi, le prince héritier Mohammed bin Salman et la banque centrale saoudienne ont cherché à apaiser les craintes concernant la répression. Ils ont déclaré que si les individus étaient ciblés et que leurs comptes bancaires étaient gelés, les entreprises nationales et multinationales –  y compris celles détenues en totalité ou en partie par des individus faisant l’objet d’une enquête –  ne seraient pas perturbées.

Les autorités anti-corruption ont également gelé les comptes bancaires du prince Mohammed bin Nayef, l’un des membres les plus éminents du parti au pouvoir Al Saud, et de certains membres de sa famille immédiate, ont ajouté les sources.

Le Prince Mohammed bin Nayef (MbN) a été évincé en tant que prince héritier en Juin lorsque le roi Salman l’a remplacé par le vice-prince héritier Mohammed bin Salman.

Depuis dimanche, la banque centrale a élargi la liste des comptes qu’elle demande aux prêteurs de geler presque toutes les heures, a déclaré un banquier régional, refusant d’être nommé parce qu’il n’était pas autorisé à parler aux médias.

PRÉOCCUPATIONS SUR LES DROITS DES PERSONNES

MbN a fait sa première apparition publique confirmée depuis son éviction à l’enterrement mardi du prince Mansour bin Muqrin, vice-gouverneur de la province d’Asir, qui a été tué dans un accident d’hélicoptère dimanche. Aucune cause n’a été donnée pour l’accident.

Parmi les dirigeants d’entreprises détenues à ce jour sont le prince milliardaire Al Walid bin Talal, président de la société d’investissement Kingdom Holding, Nasser bin Aqeel al-Tayyar, fondateur de Al Tayyar Travel et Amr al-Dabbagh, président du constructeur Red Sea International.

Le département d’Etat américain a déclaré mardi qu’il avait exhorté l’Arabie saoudite à poursuivre les responsables détenus de manière « équitable et transparente ».

Commentant la purge, Human Rights Watch a appelé les autorités saoudiennes à « révéler immédiatement les bases légales et probatoires de la détention de chaque personne et à s’assurer que chaque personne détenue puisse exercer ses droits à une procédure régulière ».

« C’est génial que les autorités saoudiennes déclarent qu’elles veulent s’attaquer au fléau de la corruption, mais la bonne façon de faire est de mener des enquêtes judiciaires diligentes contre des actes répréhensibles réels, pas des arrestations massives sensationnalistes dans un hôtel de luxe », a déclaré Sarah Leah Whitson, responsable de Human Rights Watch dans une déclaration.

“Plus d’information sur ledesk.ma

close
close