search-form-close
Origine des fonds : ce que dit la note de la Banque d’Algérie (Document)

Origine des fonds : ce que dit la note de la Banque d’Algérie (Document)

La Banque d’Algérie a envoyé, mercredi 14 février, une note aux présidents et directeurs généraux des banques et établissements financiers au sujet de la bancarisation et l’origine des fonds.

Dans ce document que nous publions intégralement, la Banque centrale rappelle que « l’inclusion financière à travers une bancarisation soutenue, la plus large possible, appuyée par des politiques de collecte de la ressource auprès des acteurs économiques et des ménages a, de tout temps, été le principe directeur soutenant les axes de modernisation et de développement du système bancaire et de croissance de l’économie ».

| LIRE AUSSIOrigine des fonds : la Banque d’Algérie rappelle à l’ordre les banques

« Plusieurs mesures ont initié et conforté cette démarche, visant, notamment, à faire participer l’ensemble des citoyens et acteurs économiques à la généralisation effective et efficiente de l’acte de bancarisation. Pour sa part, le secteur financier et bancaire est chargé d’accompagner cette dynamique, par une plus grande diversification de ses services et produits bancaires et un élargissement de la gamme des produits financiers », ajoute-t-elle.

La Banque d’Algérie rappelle aux banques que la « mobilisation des ressources financières internes est un impératif permanent, notamment, dans le contexte actuel marqué par des objectifs de développement productif ». « Le système bancaire est interpellé, de nouveau, à se déployer à travers ses différents outils et instruments, à capter et canaliser toute épargne potentielle, aux fins de réduire la liquidité monétaire en circulation, notamment, informelle et d’instaurer la confiance avec la clientèle épargnante », souligne-t-elle

La Banque centrale fait ensuite un constat. « Il est apparu, qu’au nom d’une interprétation, souvent abusive et non fondée, des dispositions de la loi régissant le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, certains guichets bancaires ont été à l’origine de « refoulement » de capitaux de manière « arbitraire », sans justifications réglementaires ».

Et d’ajouter : « cette attitude a desservi les objectifs de l’inclusion financière et généré auprès des épargnants potentiels un phénomène “d’incompréhension” et “d’expectative” ».

La Banque d’Algérie invite enfin l’ensemble des banques de la place à « cesser d’exiger, lors de tout dépôt de fonds en caisse auprès de leurs guichets, des justificatifs, au-delà de ceux relatifs à l’identité du client dans le cadre des exigences réglementaires en matière de connaissances ».

« De même, les retraits demeurent libre d’utilisation. Les banques sont invitées à faire preuve de diligence en matière de mise à dispositions des fonds clientèle », précise-t-elle.

 

close