search-form-close
Présidentielle : La radio de Constantine au cœur d’une polémique

Présidentielle : La radio de Constantine au cœur d’une polémique

La vidéo a été relayée sur les réseaux sociaux suscitant les sarcasmes de nombreux internautes : une journaliste envoyée de la radio de Constantine dans la commune de Ben Badis a été filmée en train d’utiliser le téléphone fixe d’un bureau de vote pour faire son envoi vers la station.

Alors qu’elle donnait les premières estimations de la participation et le nombre de bureaux de vote et d’inscrits, elle déclarait qu’il « y a une affluence des jeunes pour voter en faveur de l’Algérie nouvelle », avant de passer le combiné du tél à des jeunes en leur demandant : « qu’avez-vous à demander au nouveau président ? ».

 

Tandis que ces électeurs s’exprimaient à tour de rôle, dont l’un était assis sur une chaise, on voyait la journaliste gesticuler des mains, comme pour indiquer à ses interlocuteurs ce qu’ils devaient dire au téléphone.

Des internautes soupçonnent qu’elle aurait prononcée le nom de Tebboune. Prise au dépourvu après la diffusion de cette vidéo sur les réseaux sociaux, la radio de Constantine s’est empressée de répondre dans une vidéo en présence de l’auteur de la vidéo à l’origine de la polémique, d’un des votants interrogés, d’un délégué de l’ANIE et de la journaliste en question.

« Je voulais promouvoir les élections, je voulais filmer mon ami en train de voter », a affirmé l’auteur de la vidéo avant d’évoquer le rôle de la journaliste. « Elle ne nous connaissait pas, et elle n’a cité aucun nom de candidat (…) La radio n’a rien fraudé », a-t-il dit. Pour sa part, le responsable de l’ANIE a justifié l’autorisation de l’usage du téléphone fixe par la journaliste, en possession d’un ordre de mission, par l’absence de réseaux de téléphonie qui l’empêchait d’utiliser son cellulaire. « Elle n’avait pas de réseaux, on lui a facilité la tache », a-t-il dit.

  • Les derniers articles