search-form-close
Présidentielle : « Une faible participation va décrédibiliser et l’élection et le président qui sera élu »

Présidentielle : « Une faible participation va décrédibiliser et l’élection et le président qui sera élu »

À un mois de la date du 12 décembre, comment la situation politique se présente-t-elle ?

Cherif Dris politologue : Il y a deux logiques contradictoires. La première est celle du pouvoir qui maintient sa feuille de route d’aller vers les élections présidentielles dans les délais fixés, à savoir le 12 décembre 2019. D’un autre côté, il y a une majorité d’Algériens qui refusent les élections, non pas sur le principe, mais refusent les conditions dans lesquelles ces élections vont se dérouler. Ces Algériens clament haut et fort leur rejet des élections dans les conditions actuelles, et plus important encore, on assiste à l’émergence de certaines revendications assez claires. C’est-à-dire, on sort un peu de l’émotion et on va vers des revendications et des slogans assez clairs.

Les Algériens iront-ils voter en masse ?

D’un côté, vous avez un pouvoir qui martèle que les élections se tiendront dans ces conditions mais qui d’un autre côté ne fait pratiquement rien pour que les gens aillent voter. Le plus important dans une élection, ce n’est pas tant le candidat qui gagnera mais plutôt le taux de participation. À cet effet, le pouvoir est-il capable de rassurer les Algériens pour aller voter ? Voter est un acte volontaire, on ne peut pas forcer la main à un Algérien pour aller voter. Pour ce faire, il doit y avoir les conditions idoines de façon à ce que l’électeur algérien puisse exprimer sa voix et que celle-ci ne soit pas spoliée. Telles que les conditions se présentent, il est très difficile de s’attendre à ce qu’il y ait un taux de participation assez élevé.

Justement, le pouvoir politique peut-il se contenter d’une faible participation ?

Je doute fort qu’une très forte participation soit celle que recherche le pouvoir. Au demeurant est-elle dans son intérêt ? D’un autre côté, un taux très faible n’arrange pas son intérêt. Mais je pense que le taux sur lequel le pouvoir parierait, en l’absence de données pour pouvoir préjuger de ce qui se passera le 12 décembre, est celui de 35% de taux de participation. Rappelez-vous que durant les dernières législatives le taux variait entre 35 et 38%. Je reste prudent, mais je pense que le pouvoir peut même accepter d’aller vers un taux de participation à 35%. Mais le problème n’est pas là. Un faible taux de participation va décrédibiliser et l’élection et le président qui sera élu. Ça va être une élection bancale pour un président. Encore une fois sans préjuger de ce qui se passera. Il reste qu’avec un taux de participation assez faible, il est clair que c’est le président qui en pâtira du fait qu’il sera un président faible pour ne pas dire mal élu.

Et qui sera confronté à une rue de plus en plus mécontente…

Le prochain président devra faire face à une multitude de problèmes sur les plans économique, social, politique, et géostratégique, d’une part, et à un mouvement de contestation qui s’installe dans la durée. Depuis le 22 février, la situation ne sera plus la même pour les Algériens qui ont réussi à briser le mur de la peur, et cette contestation ne sera pas, à mon sens, un épiphénomène dont on pourra facilement tourner la page. Un président très mal élu aura vraiment du mal à contenir un mouvement de contestation et à faire face aux défis qui s’annonceront à l’avenir.

De nombreux détenus d’opinion croupissent en prison. Que pensez-vous de ces arrestations ?

Ces arrestations ne contribuent pas à apaiser et à rassurer les Algériens pour les inciter à aller voter. Nous sommes à 4 semaines des présidentielles, on se demande s’il y a une réelle volonté du pouvoir politique de créer l’environnement idoine pour que ces élections se déroulent dans de très bonnes conditions.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close