search-form-close
Sur pression du Maroc, l’IMA annule le concert d’une chanteuse sahraouie née en Algérie

Sur pression du Maroc, l’IMA annule le concert d’une chanteuse sahraouie née en Algérie

Des mécènes marocains, pressés par l’ambassade marocaine à Paris, seraient derrière la déprogrammation du concert de la chanteuse sahraouie Aziza Brahim annoncée le 7 février dernier, révèle ce lundi RFI Afrique. Selon la radio française, la programmation de Aziza Brahim n’aurait pas plu à l’ambassade du Maroc à Paris qui aurait ensuite appelé l’Institut du Monde Arabe (IMA) pour demander des explications.

La même source rappelle la publication d’un article par Le360, présenté comme proche du Palais, qui « s’émouvait de la programmation à l’Institut du monde arabe d’Aziz Brahim », qualifiée d’activiste du Front Polisario. Du côté de l’Institut du monde arabe, on aurait tenté de justifier la présence de la chanteuse par le fait qu’elle serait là pour chanter l’histoire de son peuple, comme avancé par Jack Lang en personne, président de l’IMA.

La chanteuse, née en Algérie, devait normalement donner sa prestation le 10 mars, à l’occasion du festival Arabofolies. L’évènement devait honorer la femme le 8 mars, pour la Journée internationale des Femmes et autour du thème « Résistance ». Pour cela, l’artiste avait été conviée le 10 pour clôturer l’évènement.

 

Plus d’infos sur Le Desk

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close