Un slogan, une explication : « le cachir » pour désigner les partisans de Bouteflika — TSA
search-form-close
Un slogan, une explication : « le cachir » pour désigner les partisans de Bouteflika

Un slogan, une explication : “le cachir” pour désigner les partisans de Bouteflika

Une voiture se fraye un passage au milieu des manifestants contre Bouteflika. Sur son capot, un maga-rouleau de cachir sur lequel est inscrit un slogan en arabe : « L’époque du cachir, c’est fini ».

La scène se déroule, vendredi 15 mars, à Bordj Bou Arreridj, lors des manifestations contre le prolongement du quatrième mandat de Bouteflika. Des rouleaux de cachir ont également été brandis un peu partout lors des manifestations.

Le cachir, saucisson né en Algérie à base de viande de bœuf, est devenu, à la faveur du mouvement contre le 5e mandat, le symbole de ceux qui soutiennent le président Bouteflika.

L’expression « les mangeurs de cachir » désigne ceux qui soutiennent le régime en place. « A Alger, il n’y a pas de cachir » ont crié les manifestants lors des dernières marches.

Mais d’où vient cette expression ? Tout a commencé le 9 février 2019 lors du meeting organisé par le FLN à la Coupole au complexe sportif Mohamed Boudiaf à Alger pour appeler le président Abdelaziz Bouteflika à se présenter pour un autre mandat « dans l’intérêt de la stabilité de l’Algérie » et pour « poursuivre les projets de développement ».

Durant ce meeting, des sandiwichs de cachir sont distribués aux participants, venus de plusieurs régions du pays. Les images partagées rapidement sur Facebook ont contribué à créer une opinion contre « les mangeurs de cachir », assimilés à des « chiyatines » (brosseurs) du pouvoir.

La campagne contre les « mangeurs de cachir » sur les réseaux a eu un tel impact que le coordinateur du FLN, Muoad Bouchareb, a été contraint de réagir vivement. « Nos militants ne s’achètent pas avec un morceau de cachir, comme le prétendent certains manipulateurs », a-t-il dénoncé, le 2 mars, à Oran lors d’un meeting.

 

L’expression donne lieu à de nombreuses blagues sur les réseaux sociaux. « On nous a complexés. Je n’ose plus acheter du cachir alors que j’aime bien en manger », écrit par exemple un internaute. Le thème inspire les caricaturistes, notamment Dilem :


Les producteurs de cachir en Algérie préfèrent garder le silence face à ce qu’il apparait comme « une mauvaise publicité », mais les ventes de ce saucisson traditionnel connu par sa couleur rouge ne semblent pas avoir baissé dans les commerces.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close