search-form-close
36e mardi des étudiants : forte mobilisation à Alger, à quatre jours du 1er novembre

36e mardi des étudiants : forte mobilisation à Alger, à quatre jours du 1er novembre

KHALED DRARENI

La 36e marche des étudiants a été marquée par une forte mobilisation à Alger. Rejoints par de nombreux citoyens, les étudiants ont marché en scandant des slogans hostiles au pouvoir et annonçant une marée humaine pour le vendredi 1er novembre.

« Allahou Akbar rah ja november ! » (Dieu est Grand, novembre est à nos portes) ont scandé les marcheurs. Tout au long de la marche, les références à la glorieuse révolution de novembre et aux martyrs n’ont pas manqué d’être rappelés. « Djabouha Echouhada ba3ouha el khawana (les martyrs ont recouvré (l’Indépendance du) pays, les traîtres l’ont bradée) », a scandé la foule qui, à travers ses slogans, s’insurge contre « l’injustice », pour réclamer l’« État de droit » et pour revendiquer plus de « libertés ».

« Istiqlal, Istiqlal ! » ont également crié les manifestants, au milieu d’un dispositif de sécurité impressionnant mais discret tout au long de la marche. Aucun incident n’a d’ailleurs été signalé.

Partie de la Place des Martyrs, la marche s’est vite transformée en une véritable marée humaine qui a déferlé sur les principaux axes d’Alger, passant par les rues Larbi Ben M’hidi, l’avenue Pasteur pour ensuite déboucher sur le Boulevard Amirouche avant de rejoindre la Place Audin.

« Had el 3am makache l’vot » (cette année, il n’y aura point de vote), rappellent les manifestants dont les slogans font également écho à l’indépendance de la justice, à la justice sociale et le droit de disposer de leur avenir « comme bon (leur) semble ». « Leblad bladna ou ndirou rayna ! » (Le pays est le nôtre, et nous ferons ce que bon nous semble !), ont scandé les marcheurs qui n’ont pas manqué d’appeler à la libération des détenus d’opinion.

Le nom du Moudjahid Lakhdar Bouregâa, dont le mandat de dépôt vient de lui être renouvelé, a souvent été cité et avec lui d’autres figures du hirak à l’instar de l’activiste Messaoud Leftissi et la militante Samira Messouci dont les portraits ont été brandis à l’occasion. Les étudiants n’ont pas oublié Yasmine Dahmani, leur camarade détenue pour avoir participé à une marche.

Des manifestations d’étudiants ont eu lieu dans plusieurs autres villes universitaires à travers le pays.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close