search-form-close
  • Brent: $51,00+0,09%
  • Taux de change: 1 € = 129,13 DZD (Officiel), 191 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Abdelhakim Bettache, maire d’Alger-Centre : « Amara Benyounes est vomi par les Algéroises et les Algérois »

facebook / Abdelhakim Bettache
Abdelhakim Bettache, maire d'Alger-Centre et ex-responsable de la fédération d'Alger au MPA

ENTRETIEN. Président de l’APC d’Alger-Centre et ex-responsable de la fédération d’Alger au Mouvement populaire algérien (MPA), Abdelhakim Bettache revient dans cet entretien sur son désaccord avec Amara Benyounes et les promesses faites aux Algérois cinq ans auparavant pour améliorer leur cadre de vie.

Vous avez décidé de prendre part aux élections locales. Sous quelle étiquette politique comptez-vous vous représenter ?

Pour l’instant, j’ai l’intention d’y prendre part en tant que candidat libre. Mais peut-être qu’il y aura des changements avant le scrutin. J’ai eu des discussions avec des partis politiques, dont TAJ, qui m’ont proposé de les rejoindre pour devenir cadre et me présenter comme tête de liste lors des prochaines locales.

D’autres cadres du parti ont démissionné après votre départ. Est-ce qu’il y a un mouvement de redressement en préparation ?

Pour l’instant, il n’y a pas de mouvement de redressement. Des démissions ont été effectivement déposées dans plusieurs wilayas. Il s’agit notamment d’une quarantaine de membres du conseil national et des membres fondateurs. Une rencontre nationale des démissionnaires se tiendra néanmoins dans les vingt jours à venir.

Dans votre lettre de démission, vous avez dénoncé des pratiques malsaines au MPA. De quoi s’agit-il ?

À ce jour, le secrétaire général du parti n’a pas installé par exemple la commission nationale de candidature (pour les prochaines municipales) qui est chargée d’installer les commissions de wilayas. C’est Cheikh Barbara qui s’est déplacé dans les wilayas pour installer les commissions en contradiction avec les textes du parti. Depuis la tenue du dernier congrès, il y a huit mois, nous n’avons tenu aucune réunion du conseil national alors qu’il devrait y avoir deux selon les textes. J’ajoute que les listes des membres du conseil national issus du congrès ont été modifiées après le congrès. Les noms de certaines personnes ont remplacé d’autres qui étaient issues du congrès. Ce sont des manœuvres diaboliques que Amara Benyounes utilise à chaque fois. Je n’ai cessé de l’interpeller sur des problèmes depuis 2012.

Quels sont ces problèmes ?

Je peux vous assurer par exemple que nous n’avons jamais eu une information concernant le bilan financier du parti. Depuis 2012 jusqu’à ma démission, je n’ai jamais vu, entendu ou assister à une réunion sur le bilan financier du parti. C’est pour cela que j’interpelle le ministre de l’Intérieur pour ouvrir une enquête sur le bilan financier du parti. Depuis 2012, il n’y a pas eu de comptabilité. On se déplace, on héberge des militants dans des hôtels, on loue des salles et tout est totalement pris en charge. On ne sait pas combien d’argent a été versé et combien d’argent a été dépensé. Quelque part, Amara Benyounes utilise le parti ou l’agrément comme un registre de commerce. Si le ministère de l’Intérieur déclenche une enquête sur le dossier, il va geler les activités du parti.

Donc, vous dénoncez une opacité totale dans la gestion des finances du parti ?

Bien sûr ! À ce jour, il n’y a pas de commission ou de secrétaire national chargé des finances.

La direction du parti vous a accusé de mauvaise gestion de la fédération d’Alger. Que lui répondez-vous ?

En 2012, on avait seulement quatre maires dans la capitale. Après mon arrivée, on a eu huit maires puisque j’ai pu convaincre quatre élus de rejoindre le parti. On a eu également sept élus APW. À mon arrivée, j’ai trouvé qu’il y avait seulement six communes structurées. Après ma démission, le parti était structuré dans les 57 communes. J’ai travaillé en respectant les textes du parti !

La direction vous attribue désormais la responsabilité de l’échec du parti à Alger lors des dernières élections législatives…

D’abord, je crois qu’il faut poser la question relative à l’échec aux dernières législatives à M. Amara Benyounes puisqu’il s’agit d’un échec national et pas seulement à Alger. Il faut également adresser cette même question à son frère qui est une personne complètement inconnue. Ensuite, il ne faut pas oublier que Amara Benyounes est vomi par les Algéroises et les Algérois. Le jour où j’ai démissionné, tout le monde a suivi.

Vous avez cautionné le choix de Idir Benyounes en tant que tête de liste. Cela a même fait l’objet d’une conférence de presse et vous avez même fait campagne pour lui…

Bien sûr ! Je suis un militant discipliné. Ce sont aussi des manœuvres pour essayer de redresser la barre sur le plan organique. Je vous rappelle que j’ai failli démissionner durant cette période. J’ai reculé pour les intérêts du parti et pour sauvegarder l’unité des militants du parti. À Alger, la liste a été imposée, surtout le numéro 1, Idir Benyounes, et le numéro 2, Mme Khiar. Donc, on a eu Idir Benyounes comme tête de liste. C’est quelqu’un qui s’autoproclame militant de la démocratie et qui est directeur d’un journal, La dépêche de Kabylie. Dans sa circonscription, il n’a même pas dépassé 128 voix. Dans la commune d’Alger-Centre, on a eu plus de 800 voix.

Vous accusez Amara Benyounes de manœuvres diaboliques et de considérer le parti comme un registre de commerce. Pourtant, vous l’aviez toujours soutenu. Qu’est-ce qui a changé ?

J’ai soutenu un programme et une idéologie auxquels je croyais, pas lui. J’avais espoir de redresser la barre en discutant avec lui. Mais malheureusement c’est quelqu’un qui se nourrit des mensonges.

Sur quelle base vous dites que Amara Benyounes est vomi par les Algérois et les Algéroises  ?

Il est vomi pour ses déclarations notamment en ce qui concerne la religion. Il n’est pas très apprécié non plus au niveau de l’administration. À chaque fois qu’il a occupé le poste de ministre, on a assisté à des licenciements et à des démissions des cadres. Prenons le cas du ministère du Commerce où on a évincé les cadres de l’administration et on les a remplacés par des militants du parti. Cette mission avait été d’ailleurs donnée à son conseiller et actuel porte-parole du parti, Cheikh Barbara. C’était toujours lui qui recrutait, qui décidait du sort des cadres de l’administration.

Juste avant votre démission, le parti a été consulté pour la formation du nouveau gouvernement. Vous étiez vous aussi sur la liste présentée par Amara Benyounes. Comment M. Benaggoune a été choisi et comment expliquez-vous son limogeage ?

D’abord, je n’ai jamais demandé à Amara Benyounes de me mettre sur cette liste. Il m’a appelé dans la soirée pour me demander de lui proposer des noms. J’ai avancé celui de Nadir Benramdane (actuel député de Guelma) et celui de Mme Belahcene, élue de l’APW et avocate. Il m’a envoyé un message pour me demander si j’étais partant pour être sur la liste. J’ai répondu en disant : si vous le voulez. C’était une liste de cinq noms et il était à sa tête. Amara Benyounes s’est rendu deux fois au Premier ministère. Il m’avait dit que c’était le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, qui avait choisi Benaggoune. En réalité, le choix lui a été donné, c’était Benaggoune, militant du parti depuis un an et demi. Il était très proche de Amara Benyounes. Pourquoi il a été limogé ? Je ne saurais vous répondre.

Avez-vous discuté avec Amara Benyounes sur le cas Benaggoune ?

Quand je posais la question à Amara Benyounes, il avançait à chaque fois des mensonges en disant tantôt que c’est un cercle du pouvoir qu’il l’a enlevé, que c’est en prévision de 2019, et tantôt que c’est la DGSN. Il donnait à chaque fois des raisons qui ne tenaient pas. Il ment comme il respire. Pour ce qui est de la personne de M. Benaggoune, je sais qu’il se disait étudiant et président d’un mouvement estudiantin. Je n’ai pas d’informations sur son limogeage ou sur ses capacités de gestion.

En 2012, vous aviez fait beaucoup de promesses notamment en ce qui concerne la vie nocturne dans la ville. Cinq ans plus tard, les Algérois ne constatent pas de grands changements. Pourquoi ?

Nous avons fait tout notre possible. Prenons le cas des magasins fermés, le maire n’a pas les prérogatives nécessaires (pour les contraindre à ouvrir). Ce n’est pas le cas des terrasses par exemple qui travaillent jusqu’à 22h30 même le vendredi. Nous avons des jardins réhabilités à 100%. Huit stades de proximité ont également été réhabilités. Sur le plan culturel, on a mis le paquet avec la réhabilitation des quatre salles de cinéma : ABC Débussy, Algéria et le Casino.

 Est-ce que le maire aujourd’hui n’a pas le pouvoir pour agir dans sa commune ?

On exige beaucoup de choses du maire mais il n’a effectivement et malheureusement pas beaucoup de prérogatives. Pour l’instant, le contrôleur financier demeure un super maire par exemple. Il est membre de la commission des marchés dont le président est le maire. Mais s’il donne un avis négatif sur un projet, ce dernier est rejeté. C’est lui qui décide réellement du ressort des projets. Cela dit, un amendement du code communal est en préparation. Selon mes informations, il y aura plus de prérogatives pour le maire.

Qu’est-ce que vous auriez pu faire si vous aviez un peu plus de prorogatives ?

Éradiquer les ordures ménagères et verbaliser les pollueurs. Pour l’instant, on ne peut pas le verbaliser. On peut seulement les attaquer en justice. Mais là encore, si on s’y met, on va attaquer tous les Algériens.

 Donc pour l’instant, il n’y aucune solution pour les ordures ménagères ?

La solution réside dans un statut particulier pour Alger.

Le projet du statut particulier a été discuté lors d’une réunion entre le Premier ministre, quinze membres du gouvernement, le wali d’Alger, le président de l’Assemblée populaire de la wilaya et les maires en 2014. Depuis, rien n’a été fait. Pourquoi ?

Des projets sont en préparation pour le statut particulier de la ville d’Alger qui va régler tous les problèmes posés lors de la réunion (de 2014).

Alger-Centre ressemble aujourd’hui à un grand chantier avec les échafaudages installés depuis plusieurs mois et des trottoirs complètement défoncés. Pourquoi les travaux n’avancent pas ?

La réfection des trottoirs par exemple sur les grands boulevards ne relève pas de l’APC. Mais nous avons un problème qu’il faudrait assumer, le manque de main d’œuvre qualifiée. Et malgré un taux de chômage très élevé, personne ne veut travailler.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis (28)

    • BIGMASTER

      BIGMASTER

      J’ai eu des discussions avec des partis politiques, dont TAJ, qui m’ont proposé de les rejoindre pour devenir cadre et me présenter comme tête de liste lors des prochaines locales.
      Un homme sans principes qui quitte un parti sans principes pour rejoindre un autre parti sans principes au nom d’un seul principe : se servir de l’Algérie et rester le plus longtemps possible maire … Pauvre Algérie

    • Saadouni

      Saadouni

      Amara Benyounes a été détesté par le peuple Algérien depuis qu’il avait prononcé la phrase “Anhal Bouh Li May Hebnach” il était inconscient et il avait peut être bu un verre de trop mais il n’avait pas le droit d’insulter les gens pour les obliger à les aimer. Moi aussi je peux dire Anhal Bouh Li Habkoum ya soit disant opposant ! Viva l’Algérie

    • Lahcene

      Lahcene

      L’ADAGE DIT, WACHE TSSAL FI WLED EL KELBA W HOUMA KAMEL KLAB, CE SONT TOUS DES CORROMPUS, DES CHIYATINES, DES LECHES BOTTES, ISSUS D’UN SYSTÈME POURRI QUI VIT SUR LE MALHEUR DE SON PEUPLE, CES DES VENDUS AU PLUS OFFRANT COMME DES P…. HACHAKOUM, LA3NATTOU ALLAH ALAIKOUM.

    • netzer

      netzer

      AMARA BENYOUNES ET CE BETTACHE SONT DES VOLEURS ET DES USURPATEURS DE CIGLE DE PARTI QUI APPARTENAIT MR GUERMOUDJ EX MDA DONT LE SIEGE SE TROUVAIT CLAUZEL ALGER CENTRE ! C EST AUSSI DES TOURNE VESTES NOUVEAU MÉTIER POLITIQUE EN ALGERIE ! QUELLE RIGOLADE ALGER NE TROUVE PAS DE MAIRE A SA POINTURE ; REMARQUE C EST VRAIE ,les compétences sincères ne veulent pas s accoquiner avec ce système !

    • Jugurtha

      Jugurtha

      CES TYPES SONT TOUS DE LA MERDE,DE VOLEURS, DES CORROMPUS,DES OPPORTUNISTES,DES INCOMPÉTENTS QUI VIVENT EN PARASITES SUR L ARGENT DES ALGERIENS..

    • chonita

      chonita

      UN CHIEN KHARABE COMME ABDERRAHMANE COMME METHEORE COMME TLIBA AMARA BENYOUNES COMME KHALED NEZZAR ET ALGERIE PATRIOTIQUE DIT ALGERIE POURRITURE D ARABE NAZISLAMISTE. FUERRA LES ARABES ABERRAHMANE TU CREVES DE JALOUSIE DE VOIR DES ETRANGERS PREFERAIENT LES KABYLES AUX ANES ARABEGUIZANE. HEIN TU BAVES EN VOYANT A LA TELE STINA CHANTER EN KABYLE ET NON EN KHARABE .LES EUROPEENS NE VEULENT PAS D ARABE GUIZANE MAIS NOUQS PREFERONS LE PEUPLE KABYLE

      • Abbdelrahmane

        Abbdelrahmane

        pauvre marochienne khneza nymphomane chiquita fille de pute patronne de bordel maroki en espagne, amara beyounes est un kabyle comme celui qui t’encule chaque soir.

    • ainsivalemonde

      ainsivalemonde

      Durant la campagne électorale des élections législatives de 1991,le président d’une organisation des enfants de chahids convoqua tous les fils de chahids de la commune pour discuter et proposer de voter pour le parti capable de défendre nos intérêts .D’entrée le président de cette organisation tenta de nous convaincre d’apporter notre soutien au FLN, car celui-ci est le parti du pouvoir, donc puissant, et ayant de gros moyens et avec lui nous ne pouvons que tout gagner. Après avoir entendu de tels arguments, je demande la parole, pour faire remarquer à l’assistance que s’il se trouve dans la salle un seul qui croit à de tels arguments, celui-ci ne peut être le fils de son père, car nos pères s’ils raisonnaient de cette façon auraient choisi la France . Tout le monde a compris le message, le président leva la séance et dira que chacun est libre de voter pour qui il veut.
      A bon entendeur salut.

    • akchich

      akchich

      Monsieur Bettache vous n êtes qu un minable Opportuniste sans foi ni loi ! Si tu savais qu est ce que les Algériens pensaient de vous, Vous l écraserez a jamais !!!

    • chaabi

      chaabi

      Je crois et je suis même convainvu , que Amara Benyounes n’est pas vomi uniquement par les algéroises et les algérois mais par la majorité des algériens. Celui qui manifestait avec Khalida Toumi à la place du 1ère Mai , sous la bannière du RCD en scandant “POUVOIR ASSASSIN ” a ensuite retourné sa veste et devenu un défenseur Zélé de ce même pouvoir ,pour un portefeuille ministériel. C’est tout simplement minable !

    • mohnathamou

      mohnathamou

      Amara Benyounes,un homme politique parmi les plus grands opportunistes de l’histoire récente de l’Algérie.Aucune dignité,pas de sens de l’honneur.Il est capable d’affirmer,pour plaire à son parrain,que Bouteflika joue au foot tous les jours avec Gaid Salah.

    • Daawessou

      Daawessou

      Des docteurs brosseurs, c’est un peu exagéré mon cher. On ne focalise pas sur les diplômes en politique, on regarde les actes et les paroles. Peut-être qu’il est docteur de la Chiita. En somme,, qu’ils se bouffent tous entre-eux, je n’ai rien à cirer.

    • IZUMALS

      IZUMALS

      Mr BATTATACHE (pomme de terre pas chère) Est ce que vous êtes rentrés dans les cœurs des Algéroises et des Algérois pour savoir ce qu’il pense de BENYOUNES….!!!
      Le OUJDI vous ramené un WALLOU de OUARGLA, (ZOUKH) comme si Alger manque de cadres de haut niveau, personne n’a soulevé le petit doit ni toi ni tes semblables, ….!!!

    • Zeralda

      Zeralda

      Amara Benyounès que je ne connais est Docteur en Economie et Bettache quel niveau a-t-il?Il dit que Benyounès est vomi des Algérois et lui reproche même de ne pas être intégriste.Bien sur quand on fait du pied à Tadj de Ghoul on comprend la démarche.Machiavel est d’actualité et les politiciens sont prêts à tout pour arriver ou garder le magique koursi.

    • Daawessou

      Daawessou

      Vous faites parti de ces idiots exilés qui regardent le doigt; qu’est-ce que Zahi vient foutre dans cette histoire alors, si ce n’est de la musique Chaabi?

      • Navigateur

        Navigateur

        vu ton niveau il me faudrait 200 ans pour t expliqué…broute l herbe c est ce que tu fais de mieux

    • Daawessou

      Daawessou

      Vous naviguez que sur le chaabi… comme s’il n’y avait que cette musique de la Casbah qui peut faire vivre les 40 millions d’habitants.
      Que peut faire une maire qui ne connait pas sa mère?

      • Navigateur

        Navigateur

        Quand on pointe la lune l idiot regarde le doigt..l article parle d alger je parle d alger..j y suis né grandis et vu les ravages qu a provoqué l exode massif vers cette ville…ca aurait été aussi valable pour ORAN ou une autre metropole..on ne s improvise pas citadin..

    • Navigateur

      Navigateur

      Des culs terreux qui parlent d ALGER ….Allah yerahmek ya ezzahi….bouffez la Alger pour ce que vous en avez fait??

    • uchan

      uchan

      Quand Amara Benyounes le traître était dans les bonnes grâces du pouvoir, personne n’osait lui dire quelque chose, à présent jeté aux loups, le sort réservé aux traîtres, tout le monde le vomit, pauvre pays, Amara Benyounes a eu ce qu’il mérite, cela ne fait que commencer pour lui, pourtant un doctorat d’Etat en économie et fils de chahid, hélas il a rejoint le clan qui a détruit le pays auquel son père à participer de sa vie pour libéré, quel trahison.

      • Namara

        Namara

        Bcp de fils de chouhadas ont trahi le sacrifice de leurs parents en devenant les paillassons du pouvoirs. M. Saïd Sadi a trahi le FFS, M. Amara Benyounes a trahis le RCD; et la liste est longue. Alors peut-on faire confiance aux renégats????

    • Daawessou

      Daawessou

      .. “Vomi par les algérois” dites-vous? Il fallait dire: vomi par les Algériens, je serais d’accord.

  • À la une

  • L'Actualité en temps réel

  • International

close