search-form-close

Adhésion de l’Algérie au G5 Sahel : Ouyahia évoque une « barrière constitutionnelle »

Ahmed Ouyahia est revenu, ce jeudi 7 décembre, sur les efforts consentis par l’Algérie dans le domaine de la lutte antiterrorisme notamment dans la région du Sahel. Interrogé lors d’une conférence de presse à l’issue de la réunion du quatrième comité intergouvernemental de haut niveau tenue à Paris, le Premier ministre a rappelé que l’Algérie est engagée « depuis longtemps dans le parrainage de l’accord de paix » au Mali.

Publicité
Loading ads video ..

Au Sahel, le pays déploie dans un cadre bilatéral « des efforts, je crois considérables, puisque sur huit années successives, nous avons engagé plus de 100 millions de dollars en formation de plus de douze compagnies de forces spéciales dans les pays concernés depuis le Tchad jusqu’à la Mauritanie », a ajouté Ahmed Ouyahia qui a rappelé les cadres de coordination sécuritaire et militaire qui existent déjà à l’image du CEMOC.

Est-ce que l’Algérie pourrait adhérer au G5 Sahel ? « L’Algérie a une barrière constitutionnelle qui fait que ses forces ne sortent jamais au-delà de ses propres frontières. Ceci n’empêche pas que nous continuerons à travailler comme nous le faisons et à soutenir politiquement et par d’autres canaux logistiques et de formation l’effort que la France a eu le mérite d’engager au Sahel d’abord pour stopper l’offensive terroriste qui a failli avaler le Mali il y a quelques années », a répondu le Premier ministre.

close