search-form-close
Aigle Azur : un administrateur judiciaire provisoire nommé pour diriger la compagnie

Aigle Azur : un administrateur judiciaire provisoire nommé pour diriger la compagnie

Après le putsch de Gérard Houa, un actionnaire minoritaire d’Aigle Azur (19% du capital) qui avait investi le siège de la compagnie pour débarquer le PDG Frantz Yvelin et prendre la présidence, le tribunal de commerce de Créteil a nommé un administrateur judiciaire provisoire pour diriger la Aigle Azur, contraignant Gérard Houa à quitter les lieux.

Nouveau rebondissement chez Aigle Aur? Mardi 27 août, au lendemain du putsch de Gérard Houa, un actionnaire minoritaire d’Aigle Azur (19% du capital) qui avait investi le siège de la compagnie en difficulté pour débarquer le PDG Frantz Yvelin et prendre la présidence, le tribunal de commerce de Créteil a nommé un administrateur judiciaire provisoire pour diriger Aigle Azur, contraignant mercredi matin Gérard Houa à quitter les lieux sur lesquels étaient présentes les forces de l’ordre.

Lundi, la manoeuvre de Richard Houa avait suscité la réaction d’un autre actionnaire.  David Neeleman qui détient 32% du capital. Dans un e-mail envoyé à ses avocats, il accusait Richard Houa d’avoir « usurpé la présidence de la compagnie » et niait le pouvoir de ce dernier et celui de Philippe Bohn, que Richar Houa avait nommé directeur général.

Des syndicats veulent le retour de Richard Houa

Certains syndicats favorables à Richard Houa qui a assuré avoir réuni 15 millions d’euros » pour sauver Aigle Azur et éviter son démantèlement, cherchaient une solution pour le remettre en selle.

Aigle Azur est en difficulté. Depuis 2012 elle n’a plus gagné d’argent. Selon Richard Houa, elle a perdu 50 millions d’euros sous la présidence de Franck Yvelin commencée à l’automne 2017. Ce dernier a assuré que la compagnie disposait de 25 millions d’euros de trésorerie et projetait de vendre les vols entre Orly et le Portugal à Vueling pour une vingtaine de millions d’euros. Selon des sources politiques, il faudrait en fait « 25 à 30 millions d’euros « pour simplement faire tourner la boîte ».


Plus d’actu sur latribune.fr

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close