search-form-close
  • Brent: $51,66+0,25%
  • Taux de change: 1 € = 117,16 DZD (Officiel), 189 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Attaque de Dortmund : le mobile du suspect était financier

L’auteur présumé de l’attaque à l’explosif contre le Borussia Dortmund mardi dernier a été arrêté par le GSG9, unité d’élite allemande. Il s’agit de Sergej W., germano-russe de 28 ans, dont le mobile était “financier” et pas “terroriste”, révèlent plusieurs médias.

D’après le parquet allemand, l’homme spéculait sur une baisse du prix de l’action du club de Dortmund et espérait que l’attentat lui permettrait de s’enrichir.

Le jour de l’attentat, il aurait acquis, grâce à un crédit à la consommation, l’équivalent de 15 000 options de club depuis un hôtel de Dortmund où logeait l’équipe de football, indique le communiqué du parquet, selon l’Express

Après l’attaque, le parquet fédéral allemand avait vite indiqué la nature “terroriste” de l’attaque “compte tenu des modalités opératoires”, rapportait Le Figaro. Les autorités allemandes avaient d’abord suivi la piste de l’islamisme, puis celle de l’extrême-gauche et de l’extrême droite, suite à diverses revendications. Mais l’hypothèse que ces revendications soient de “fausses pistes” avait été envisagée.

Un Irakien de 26 ans et un autre homme, de nationalité allemande, soupçonnés d’être liés à la mouvance islamiste, avait été suspectés dans un premier temps. Le premier, qui aurait tenu des propos “suspects” au téléphone qui ont laissé entendre aux enquêteurs qu’il disposait d’explosifs chez lui, avait été placé en détention provisoire. Il a ensuite été mis hors de cause, les autorités allemandes ne trouvant pas d’explosifs à son domicile et constatant qu’aucun élément ne permettait de le relier à l’attentat.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis

  • À la une

    92EXCLUSIF. Les chantiers de logements à l'arrêt : l'Algérie incapable de payer les entreprises étrangères
    Il y a 6 heures

    La crise économique qui frappe l'Algérie paralyse le secteur du bâtiment. Selon…

    La crise économique qui frappe l'Algérie paralyse le secteur du bâtiment. Selon nos informations, les chantiers de construction de tous types de logements (LPP, social, AADL, rural) sont à l’arrêt depuis plus de quatre mois, faute de financements.
    Faute d’argent, les banques refusent de payer les entreprises de réalisation, selon nos sources. « Il y a 1300 milliards de dinars de créances impayées, réclamées par les entreprises de réalisation. Le CPA et la CNEP refusent de débloquer…

  • Actualité - Politique

  • Économie